Passer au contenu principal

Un théâtre, une saisonVidy perpétue son dialogue entre l’ici et l’ailleurs

Vincent Baudriller a dévoilé lundi la deuxième partie de saison du Théâtre de Vidy.

Vincent Baudriller, directeur du Théâtre de Vidy.
Vincent Baudriller, directeur du Théâtre de Vidy.
PATRICK MARTIN - A

Tisser des liens entre les cultures, entremêler les arts, brasser les publics: telle est l’ambition de Vincent Baudriller, qui dévoilait lundi le second acte de la saison 2017-2018 du Théâtre de Vidy. Jusqu’en juin, une kyrielle d’artistes d’ici et d’ailleurs interrogeront notre société, scruteront notre rapport au réel, examineront le vivre-ensemble. Comme toujours, la programmation fait la part belle à la création romande, avec notamment Marielle Pinsard (Rock trading, 6-15 fév.), Cindy Van Acker (Speechless Voices, 13-15 avr.) ou la 2B Company, qui aura droit à sa Rétropresqu’tive (5-10 juin). Le minifestival «Grüezi Züri» nous fera franchir le Röstigraben avec quatre spectacles, dont Eins Zwei Drei, création de Martin Zimmermann autour de la figure du clown (24 avr.-8 mai). D’autres artistes, enfin, nous feront traverser les frontières. On relèvera la venue du Français Sébastien Barrier, qui nous parlera de son amour des chats et du vin dans deux spectacles (Gus, 28 fév.-4 mars et Savoir enfin qui nous buvons, 5-6 mai).

----------

Les coups de cœur

«Cargo Congo-Lausanne»

Stefan Kaegi embarquera le public à bord d’un camion pour un road-movie mêlant paysages réels et souvenirs du chauffeur (1er fév.-23 mars).

«Evel Knievel contre Macbeth»

Figure majeure du théâtre contemporain, Rodrigo Garcia confronte le cascadeur américain Evel Knievel et Orson Welles déguisé en Macbeth (15-18 mars).

«Hate»

Un dialogue entre la comédienne Laeticia Dosch et un cheval (f-9 juin).

----------

La rencontre

Kornél Mundruczó

Grand nom du théâtre et du cinéma européens, le Hongrois Kornél Mundruczó et sa compagnie Proton Theatre se produiront pour la première fois en Suisse romande avec Imitation of life (14-15 fév.). Le spectacle prend pour point de départ l’agression d’un jeune homme par un autre dans un bus, survenue en 2005 à Budapest, mais raconte avant tout l’histoire d’amour dans laquelle s’engage un homme qui tente de changer d’identité pour refaire sa vie. «Kornél Mundruczó s’intéresse à ceux qui sont en marge de la société. Il y a quelque chose de la violence sociale qui s’exprime dans son théâtre», souligne Vincent Baudriller. En parallèle, la Cinémathèque suisse proposera une rétro­spective de l’œuvre de Mundruczó et l’avant-première de son dernier long-métrage, La Lune de Jupiter (Sélection officielle du Festival de Cannes 2017).

----------

Infos

Billetterie:

les tarifs vont de 25 fr. à 45 fr. selon les spectacles (jeune public: de 6 fr. à 10 fr., tarif jeune: de 10 fr. à 16 fr., tarif réduit: de 16 fr. à 29 fr.). Une carte adhérent demi-saison permet d’assister aux spectacles à des tarifs préférentiels. La billetterie est ouverte, sauf pour le Programme commun et «Grüezi Züri» (dès le 15 janvier).

Adresse: avenue Emile-Henri-Jaques-Dalcroze 5, Lausanne Infos et réservations: 021 619 45 45 et www.vidy.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.