Avec «Voyage à Tokyo», Dorian Rossel voyage à l’essentiel

ThéâtreEternel adaptateur, Dorian Rossel se frotte au cinéma d’Ozu. Sa nouvelle création est à l’affiche du Crochetan à Monthey (VS), le 3 novembre.

Dorian Rossel: «L’écriture de Yasujirô Ozu nous a conduits, ma compagnie et moi, à révolutionner notre langage scénique.»

Dorian Rossel: «L’écriture de Yasujirô Ozu nous a conduits, ma compagnie et moi, à révolutionner notre langage scénique.» Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On ne présente plus Dorian Rossel. Etalon de l’écurie genevoise Forum Meyrin, candidat aux rênes de la Nouvelle Comédie et coursier des scènes francophones, le metteur en scène vaudois a fait de l’adaptation d’œuvres non scéniques son oriflamme. Avec Quartier lointain, Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir ou Oblomov, il a, avec sa compagnie Super Trop Top (STT), servi de passeur à une BD, à un film ou à un roman – entre autres. A 41 ans, le metteur en scène gravit aujourd’hui le sommet cinématographique qu’est le Voyage à Tokyo que le cinéaste japonais Yasujirô Ozu a tourné en 1953. En tournée romande et française, ce spectacle créé il y a quelques semaines à Meyrin fera halte à Monthey (VS), au Crochetan. On donne la parole à un artiste pris en tenaille entre loquacité et laconisme.

Comment cette nouvelle création s’inscrit-elle dans votre parcours?

Chaque nouvelle pièce au répertoire de la STT exige un déplacement de notre savoir-faire. Chacun de nos matériaux initiaux définit une écriture, une temporalité et un espace propres. Adapter Ozu nous a ainsi amenés à explorer d’autres ressources dramaturgiques. Il ne s’agit pas pour nous de faire du STT, mais bien de donner à entendre l’esprit d’une forme. Plutôt que d’adapter un texte à la scène, nous réexpérimentons ce texte à la source. Quitte à malmener l’œuvre, je souhaite en restituer la moelle, je veux retourner à la genèse de son écriture. L’acteur doit devenir l’écrivain au moment de trouver sa phrase, et le spectateur doit redevenir son premier récepteur.

Qu’en avez-vous appris en tant que metteur en scène?

Pour coller à Ozu, ce spectacle nécessite plus qu’aucun autre une extraordinaire économie de moyens et un refus du spectaculaire. Chez le cinéaste, tout est suggéré, tout se glisse entre les mots. Chaque détail du quotidien ou nous trahit ou nous révèle, les êtres se manifestent dans les interstices. Une émotion peut culminer au détour d’un «ah, tu crois?»! Impossible dans ces conditions d’user de recettes toutes faites. Pendant les répétitions, nous avons passé notre temps à élaguer, jusqu’à ne garder qu’une structure, un assemblage de tableaux antithéâtraux.

Y verrons-nous des kimonos, des tatamis, des panneaux coulissants?

L’œuvre s’inscrit historiquement dans l’après-guerre japonais. On y fait la connaissance de trois générations, trois rythmes différents au sein d’un monde en mutation. J’essaie par la mise en scène de faire cohabiter le Japon des années 50 avec l’ici et maintenant du spectateur. Je crois pouvoir dire qu’il y a des tatamis, mais évoqués.

«Voyage à Tokyo» aborde le thème de la vieillesse et de la distance entre les générations. Pourquoi l’avoir choisi aujourd’hui?

Il y est plutôt question de la cohabitation entre différentes générations qui obéissent à des rythmes différents. Comment s’accommode-t-on d’un temps qui va trop vite? Comment rester présent à l’autre, s’ouvrir à sa réalité? Ces réalités temporelles contradictoires me semblent d’actualité aujourd’hui.

Des parents âgés et leurs enfants sont-ils voués à ne pas se comprendre?

Tout le monde fait de son mieux. Aucune morale dans cette histoire. Simplement, se comprendre n’est pas toujours simple, et Ozu révèle cela dans la fragilité du quotidien. En opposant la province des grands-parents à la mégalopole de leurs enfants, Ozu souligne à quel point le monde dépasse les individus. La vieille dame du film dit joliment à son mari: «Si on se perdait dans ce genre d’endroit, on pourrait passer sa vie à se chercher sans jamais se retrouver.» Pour moi, on peut tout aussi bien omettre la première proposition: on ne se rencontre d’ailleurs jamais assez, ni autrui, ni soi-même. Au lieu de gens qui se sont trouvés, j’aime montrer des gens qui se cherchent. Les dichotomies internes m’intéressent davantage que les extérieures.

Vous avez intégré à votre projet le comédien Yoshi Oida, 83 ans, immense acteur au Japon et éminent collaborateur de Peter Brook. Qu’est-ce que sa présence vous a apporté?

Yoshi Oida est un trésor vivant, un maître totalement passionné par son art. Sa participation est un cadeau et un honneur. A ma grande surprise, j’ai réalisé que nous étions sur la même longueur d’onde dans nos façons de travailler. J’avais effectué un stage avec lui il y a vingt ans, qui m’avait profondément marqué. C’est merveilleux pour moi de constater qu’on appartient à la même famille artistique. Je retravaillerais avec lui quand il veut!

Au début de la quarantaine, quel regard portez-vous sur le chemin accompli, et qu’ambitionnez-vous pour celui qu’il reste à tracer?

Avec Ozu, j’ai fait face à une vraie inconnue. Je ne sais pas encore quelles répercussions ce fait aura sur la suite. Mais je sais qu’avec nos moyens techniques, humains et financiers, nous avons touché là à une limite. Je me sens à un tournant. Ce travail m’a ouvert des portes vertigineuses, il m’a appris plus que jamais à aller à l’essentiel. Impossible de me reposer sur mes acquis, il m’a fallu opérer une révolution intérieure pour aborder cette nouvelle étape.

Information: Voyage à Tokyo, Monthey, Théâtre du Crochetan Je 3 nov. (20h). Rés.: 024 475 79 09 www.crochetan.ch (24 heures)

Créé: 12.10.2016, 14h51

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...