«Therapy» est un hommage à Winehouse»

Montreux Jazz FestivalLa star R&B, Mary J. Blige, chantait mercredi à l’Auditorium Stravinski. Rencontre en coulisse.

La pionnière du R&B contemporain a conquis l'Auditorium Stravinski de Montreux.

La pionnière du R&B contemporain a conquis l'Auditorium Stravinski de Montreux. Image: LAURENT GILLIERON /Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis réelle, mes chansons aussi!» En conclusion d’un concert assez hystérique, mercredi soir, au Montreux Jazz, l’affirmation de Mary J. Blige tenait de l’avertissement à ses sœurettes préfabriquées – au hasard, Beyoncé, Rihanna… – et à ceux qui n’auraient pas compris tout le vécu que charrient les titres de cette pionnière du R&B contemporain. Du haut d’un show mené à un rythme effréné, empiétant parfois sur ses capacités vocales, la star américaine de 44 ans poussait son avantage devant un Auditorium Stravinski empli de clameurs et de spectateurs étourdis par un final implacable: No More Drama, la reprise (dispensable) de U2, One, et la matraque Family Affair.

Injoignable avant son concert pour cause de soucis de maquillage, celle qui pèse environ 40 millions d’albums vendus acceptait finalement une rencontre après sa prestation. Dans les coulisses de la salle, la tribu de musiciens de D’Angelo se prépare à servir un magma funky plus proche de la bouillabaisse informe que des quelques étoiles soul atteintes en fin de parcours. Plus loin, un manager nonchalant, un gorille à oreillette et une assistante personnelle se succèdent pour vous jauger, savoir si vous méritez une audience de dix minutes avec la «Queen of hip-hop soul». Carrière fléchissante ou amabilité montreusienne? La requête est accordée et Mary J. apparaît, le regard agacé, ourlé par la visière de son galure.

Son dernier album, The London Sessions, en a intrigué plus d’un. Les poids lourds américains partant enregistrer chez les petits frères britanniques sont plutôt rares. Le voyage suggérait un rapprochement avec la sensibilité européenne ou la tentative de relancer une carrière ballottée. «C’est en effet un tournant dans ma carrière, je voulais quelque chose de différent en venant à Londres et je pense qu’il s’agit de mon album le plus neuf depuis longtemps. Je commence quelque chose de nouveau.»

On y trouve donc de la soul vintage, mais aussi des titres dance et house racoleurs. Une drôle de tension entre tradition et nouveautés. «Quand on travaille avec un groupe comme Disclosure (ndlr: duo electro anglais), on ne se pose pas la question de savoir si on est un artiste soul: il faut être soi-même, libre, sans limites. Je ne vais pas m’interdire de produire de la musique de club populaire.» Demain sort Nina Revisited (Sony), album hommage à Nina Simone où Mary Jane reprend Don’t Let Me Be Misunderstood. «Elle s’est toujours exprimée sans aucunes contraintes, je la respecte pour sa liberté.»

A entendre le titre d’ouverture des London Sessions, Therapy, il semblerait qu’Amy Winehouse fasse aussi partie des artistes qu’elle honore. «C’est un hommage évident. Comment embrasser la culture de Londres sans Amy Winehouse? Il y a un lien entre Rehab et Therapy.» Les artistes qui souffrent: Mary J. Blige connaît le sujet. La malédiction de la musique afro-américaine? «Ce n’est pas une malédiction. C’est la vie… qui n’est ni uniformément joyeuse ni uniformément triste. Il faut parvenir à toucher cette dimension vitale. Des chansons comme Therapy ou No More Drama permettent de le faire par la douleur, une expérience que tout le monde connaît – et pas seulement les Afro-Américains!» Cinq minutes se sont écoulées, la star cherche déjà à s’enfuir. Malheureusement pour elle, il y a une seconde interview…

Créé: 09.07.2015, 20h19

Vendredi au MJF

Thought Forms, Portishead (Stravinski); Justin Kauflin, Jason Moran (MJ Club); Sebastien Schuller, Jack Garratt, Sophie Hunger (MJ Lab).
Rens.: 021 966 44 44

www.montreuxjazz.ch

Articles en relation

Eternel ado au cœur de soul, Paolo Nutini retrouve le Stravinski

Festival Chouchou de ces dames en général et du Montreux Jazz en particulier, qui le révéla, l’Ecossais joue jeudi soir en vedette. Plus...

La reine de la soul hip-hop et le baron black réunis à Montreux

Festival Mary J. Blige et D’Angelo se partagent mercredi soir l’Auditorium Stravinski. Plus...

Gaga et Tony se font des politesses

Montreux Lundi, le duo le plus attendu de l’édition entamait une soirée de crooning très en douceur. Plus...

Montreux s'est trouvé une âme

Montreux Jazz Samedi, Sinéad O'Connor s'est arrachée avec superbe d'une époque de plastique avec sa sincérité, ses maladresses et son cœur saignant Plus...

Après cinq années de folie, Lady Gaga se sauve avec Tony

Montreux Jazz La chanteuse a fait de son corps une œuvre de promotion permanente. Une course à la surenchère qui l’a laissée à terre. Elle joue à Montreux en diva jazz: ultime transformation? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...