Passer au contenu principal

HumourAu Théâtre Boulimie, on se poile avec un homme moustachu

Inspirée des exercices de style des Dicodeurs, la nouvelle création mitonnée par Kaya Güner et Frédéric Gérard décape. À savourer jusqu’au 2 juin. Critique.

Les quatre comédiens en mode gangsters.
Les quatre comédiens en mode gangsters.
YVAN MURISET

Le hall d’un immeuble quelconque. Des publicités sans intérêt dans les boîtes aux lettres. Il est midi, un homme moustachu entre et croise Cécile (la voisine du deuxième, celle qui porte un parfum suave) en allant prendre l’ascenseur. Elle lui dit qu’il est en panne, encore. Le moustachu fulmine et grimpe à pied jusqu’au cinquième… Le canevas est toujours le même mais recèle une flopée de ressorts comiques à explorer. Au Théâtre Boulimie jusqu’au 2 juin, «Il est midi, un homme moustachu…» inspiré des sketches des Dicodeurs décape par son rythme effréné et par l’énergie d’un impeccable quatuor de comédiens (les inséparables Kaya Güner et Frédéric Gérard, accompagnés de Laura Chaignat et de Julien Opoix).

À la manière des «Exercices de style» de Reymond Queneau, ce spectacle vif et piquant revisite inlassablement la même histoire, en lui imprimant à chaque fois un univers, une ambiance, un ton. La farce prend tantôt des allures de comédie musicale, de film de gangsters ou de messe papale.

L’aventure de l’homme moustachu nous est contée par le général de Gaulle scandant ses «Je vous ai compris», par un Kaya Güner délicieusement ridicule mué en vamp, arborant robe rouge et bas résille, ou encore par une Laura Chaignat en «caillera» revisitant le (désormais vieux) tube de Diam’s et de Vitaa, «Confession nocturne». Le quartet s’en donne à cœur joie lorsqu’il réinterprète «We are the World» à la sauce de l’histoire de l’homme moustachu. Poilant.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.