Trois choses à savoir sur «Good Time»

CinémaC’est en voyant le précédent film des frères Safdie que Robert Pattinson a eu envie de travailler avec eux.

Robert Pattinson métamorphosé chez les frères Safdie.

Robert Pattinson métamorphosé chez les frères Safdie. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

1. Pattinson impliqué

Suite à un braquage raté, un homme tente de réunir la caution nécessaire pour faire libérer son frère handicapé. Une course contre la montre s’engage alors dans les bas-fonds de New York. Elle est conduite par un Robert Pattinson qu’on a rarement vu aussi impliqué dans un rôle. L’acteur est de chaque plan, plongeant dans la noirceur d’un monde sans pitié.

2. Les Safdie au sommet

Les deux frangins cinéastes viennent du sérail des indépendants. Avec Good Time, ils ont fait leur première incursion dans la compétition cannoise. Cela étant, il s’agit aussi de leur premier film à connaître une vraie sortie. Le précédent, Mad Love in New York, portrait de deux vagabonds, avait été montré au Spoutnik tout en remportant un succès de festival. C’est en découvrant ce film que Robert Pattinson a eu envie de travailler avec les Safdie.

3. Un quartier personnage

Le film se déroule entièrement dans le Queens, quartier de New York où les Safdie ont passé une grande partie de leur enfance. Les deux réalisateurs ont tenu à donner au district un statut de personnage à part entière, le considérant comme un lieu de répit où l’on peut être soi-même. «Mais ce n’est jamais un endroit cool», précisent-ils. P.G.

Polar (USA, 99’, cote: ***)

(24 heures)

Créé: 13.09.2017, 08h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Soumise au vote populaire le 4 mars prochain, l'initiative «No Billag» vise à supprimer la redevance radio et télévision. Si tel devait être le cas, la RTS fermerait boutique, selon son directeur, publié le 22 novembre 2017
Plus...