Trois conférences explorent les multiples façons de contrôler la conscience

RencontresAu Musée de la main, psychologues et historiens questionnent les mécanismes du cerveau.

Le cinéma s’est régulièrement emparé du thème du contrôle de l’esprit comme ici dans «Metropolis», de Fritz Lang.

Le cinéma s’est régulièrement emparé du thème du contrôle de l’esprit comme ici dans «Metropolis», de Fritz Lang. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le psy manipulateur capable de «laver le cerveau» des autres par le biais de différentes techniques est un vilain exemple qui hante l’esprit collectif comme le ciné­ma, la littérature ou le théâtre. Mais n’est-il vraiment qu’un être fantasmé? En marge de l’exposition «Dans la tête», à voir actuellement au Musée de la main, à Lausanne, un cycle de conférences pousse la réflexion sur le thème de la conscience sous contrôle un cran plus loin en conjuguant les regards d’experts. Ouvertes «au grand public curieux», elles ont lieu dans l’enceinte du musée lausannois et sont organisées conjointement par l’Institut de psychologie de l’UNIL et l’Institut des humanités en médecine UNIL-CHUV.

Mardi 17 avril, la soirée sera consacrée à la méthode Coué. «Ce pharmacien a été le premier à parler d’autosuggestion positive pour aller mieux. Il a ouvert la voie des méthodes de développement personnel très en vogue aujourd’hui, explique Aude Fauvel, maître d’enseignement à l’Institut des humanités en médecine et coordinatrice de l’événement. Son approche a pourtant longtemps été décrédibilisée.» L’historien de la psychologie contemporaine Hervé Guillemain reviendra sur le personnage avec, comme supports, des enregistrements qu’Émile Coué utilisait à l’époque. Il questionnera aussi son impact aujourd’hui.

Le 8 mai, Daniel Pick, à la fois historien de la psychiatrie et psychanalyste, décortiquera le vrai du faux entre les fantasmes et la réalité associés au «brain­washing». Et le sujet est vaste! «Le premier dans ce domaine à avoir affirmé qu’il pouvait conditionner n’importe qui était le Dr John B. Watson, en utilisant les acquis du behaviorisme. Plus tard, certains projets de contrôle de l’esprit ont notamment été développés pendant la guerre froide aux États-Unis. À l’instar des techniques de conditionnement des soldats», précise Aude Fauvel.

Enfin, la dernière conférence de ce cycle se concentrera, elle, sur la problématique des rêveries éveillées, dont les victimes subissent les effets même en plein jour.


Ma 17 avril, 8 mai et 5 juin (18h) www.museedelamain.ch (24 heures)

Créé: 16.04.2018, 10h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...