Passer au contenu principal

A Vidy, Roméo Castellucci délivre une histoire de merde et de compassion

La pièce polémique du fameux metteur en scène italien, «Sul concetto di volto nel figlio di Dio», se joue jusqu’à dimanche. Critique

Inaccessible ou bienveillant, le Christ ne quitte pas la scène des yeux.
Inaccessible ou bienveillant, le Christ ne quitte pas la scène des yeux.
DR

Un fils s’agenouille devant son père. Dans la salle Charles Apothéloz de Vidy, il ne s’agit pas du Christ, dont le visage surplombe le fond de la scène, qui implorerait le créateur: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?» Le fils en question, il en existe des milliers. Cadre cravaté et costumé, muni de l’incontournable portable, il s’apprête à quitter son père cacochyme pour un quelconque rendez-vous professionnel. Mais son départ est reporté par l’incontinence du vieillard. Sa couche déborde, il faut la changer et effacer les traces brunâtres sur le mobilier d’un intérieur à la blancheur immaculée. L’état du vieil homme s’aggrave, la séquence se prolonge à la mesure des souillures qui se renouvellent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.