Vidy s'invite chez Steve Jobs et une mystérieuse Polonaise

ThéâtreDeux spectacles à ne pas rater si vous aimez les listes et les délires informatiques. Critiques croisées.

Le duo italien Deflorian-Tagliarini éblouit Vidy avec «Reality», pépite drôle et ciselée.

Le duo italien Deflorian-Tagliarini éblouit Vidy avec «Reality», pépite drôle et ciselée. Image: Futura Tittaferrante

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vrai coup de cœur. Le théâtre lausannois offre encore aujourd’hui à 19h et demain à 18h son plateau à l’intelligence de Daria Deflorian et Antonio Tagliarini. Les comédiens et metteurs en scène y présentent deux pièces (surtitrées), dont le brillant Reality. Ils tentent d’y percer le mystère d’une vie ordinaire. Celle de la Polonaise Janina Turek qui, pendant plus de cinquante ans et jusqu’à sa mort, a méthodiquement listé et numéroté tous ses faits et gestes dans 748 carnets.

Que dit cet inventaire de la femme qui l’a réalisé? Le théâtre peut-il, d’ailleurs, la faire exister derrière les chiffres bruts? Le duo italien a investigué l’insaisissable de l’être. Tissant une fiction sans dessus-dessous qui surprend par sa structure narrative finement élaborée, brouille la perception de la réalité et suspend le spectateur, durant 60 minutes, au dernier souffler de son «héroïne». Juste et touchant.

L'humour à la Jobs

L’humour ne s’invite pas tous les jours au Théâtre de Vidy, mais Citizen Jobs de Jean-François Peyret fait exception. S’appuyant sur le formidable comédien Jos Houben, le metteur en scène français évoque à Vidy la figure du révolutionnaire de l’informatique et de la téléphonie en prenant des chemins de biais parsemés de burlesque et d’illusionnisme.

Blagues zazen et salto de nano iPod sont au menu du show mirifique en l’honneur de l’ex-patron d’Apple que décrit un Jos Houben aussi bricoleur que magicien, n’hésitant pas à planter sa hache dans une souche pour ponctuer son propos. «Connect the dots!» Optant avec bonheur pour un panégyrique délirant qui évite l’écueil de la pure biographie, Citizen Jobs peine toutefois dans sa conclusion, tentative d’échapper à l’admiration univoque, cette projection dans l’«effigie», et s’enfonce dans une forêt de signes pas très clairs. Une fuite du binaire?

Créé: 22.01.2016, 17h59

Les spectacles

Lausanne, Théâtre de Vidy
«Citizen Jobs», jusqu’au ve 29 janvier
Reality, sa 23 janvier (16h)
Rens.: 021 619 45 45
www.vidy.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.