À la vitesse du souvenir

ExpositionL’art de la verticalité du Lausannois Martial Leiter prend aussi le train.

«La plaine», encre et fusain (31 x 46 cm) fait partie des dernières pièces de Martial Leiter exposées à Neuchâtel jusqu'au 29 mars.

«La plaine», encre et fusain (31 x 46 cm) fait partie des dernières pièces de Martial Leiter exposées à Neuchâtel jusqu'au 29 mars. Image: ESPACE SCHILLING/MARTIAL LEITER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces feux follets, ces ombres que seul le mouvement peut habiller d’une consistance même furtive, il faut un regard pour les surprendre. Un regard chimérique prêt à s’abandonner – et se nourrir – des secrets de la nature. Il faut le regard du Lausannois Martial Leiter, perforant dans la durée mais régénéré à chaque nouvelle exposition.

Et… elles se suivent, serrées, comme poussées par la primauté! LIGNEtreize à Carouge, le Musée Forel à Morges l’année dernière et jusqu’au 29 mars, un retour sur ses terres neuchâteloises à l’Espace Schilling. Le «o» resté si ouvert dans sa bouche en témoigne, malgré des années à travailler pour Le Monde – au propre et au figuré – ce chevalier du trait a ses fidélités. «Passéistes!» À bientôt 66 ans, il les assume, résistantes. Charnelles aussi. Comme la matière papier «déjà si belle avant d’être recouverte», le faire et enfin le rapport au sujet. Ses montagnes.

Amas d’emballements pétrifiés autant qu’écho d’autres fracas sensoriels, elles s’incarnent en silhouettes définies par la seule impression. Bien sûr, en référant, il y a l’Eiger, l’élu, la verticalité auscultée depuis toujours, l’ascension fétiche. Mais il y en a bien d’autres encore, leur nom vampirisé par le désir de ne conserver que l’aspect, cette texture à la fois minérale et soyeuse, cette atmosphère embrumée de mystère. Des océans neigeux. Des arêtes. Ces failles vertigineuses ou ce Rocher exilé, monolithe fantomatique taillé comme un diamant brut qui s’extrait d’un tumulte feutré. Tous sont approchés en vue frontale sans l’ombre des retenues d’un corps à corps.

À l’encre, à la mine de plomb, au fusain, la sûreté d’un trait connaissant la mesure dramaturgique du monde – Leiter l’a donc longtemps exercé comme dessinateur de presse dans ces colonnes comme dans celles du Tages-Anzeiger, de la NZZ, du Temps ou du Courrier – se passe d’autres commentaires. On vit sa montagne, toutes ses montagnes qui aspirent en même temps qu’elles renvoient aux forces de l’intime. On suit l’alternance d’un œuvre qui danse avec les extrêmes, l’infiniment puissant comme l’absolue vénusté de ses mouches en chute libre, alphabet d’organismes éthérés ou suite de signes lettrés. On s’immerge dans cet œuvre au noir qui se laisse prendre et surprendre par la lumière. Mais sur les cimaises neuchâteloises, l’adhésion se cristallise aussi sur ses arrêts sur paysage en mouvement. De nouvelles humeurs. Des vibrations. Des éclats. L’horizon défile, les repères du premier plan se diluent, le regardeur est dans le train, l’explication simple et sincère – une autre des fidélités de Leiter.

Le premier rôle

«C’était, un peu, pour me reposer de la montagne avec une interrogation: quand on reste dans le classique et ses techniques, comment faire du neuf? J’ai repris mes souvenirs de trajets en train, dans ma vie, je l’ai beaucoup pris. Mais rendre ce qui se passe à travers la fenêtre, c’est un peu faire le voyage inverse, on sélectionne ou alors on oublie qu’il y a plein de parasites, ils font partie de la vision.» La poésie de l’accélération totale, la maîtrise fascine. En filigrane des montagnes d’émotions, inscrit vibrionnant dans les gènes de la mouche, le mouvement tient cette fois le premier rôle: il figure la beauté de l’impermanence.

Créé: 27.02.2018, 08h34

En dates

1952
Naît à Fleurier.
1991
Après des débuts à 24 heures, son art du dessin de presse est recherché en Suisse et en France. Il poursuit son travail d’artiste en parallèle.
2004
Plante 300 épouvantails à Cernier, Mylène Farmer achète les droits pour un clip.
2010
Grand prix de l’humour noir, Paris.
2015
Prix du Rayonnement de la Fondation vaudoise pour la culture.

Où et quand

Neuchâtel, Espace Schilling
Jusqu’au 29 mars
Du mercredi au dimanche(14h-18h)

www.espace-schilling.ch

Articles en relation

Martial Leiter traverse les ombres du temps

Exposition Trois ans après l’accrochage de ses éditoriaux dessinés à la Maison du dessin de presse à Morges, le Lausannois ouvre plusieurs portfolios d’œuvres papier et de travaux inédits au Musée Alexis-Forel. Plus...

Avec l'Eiger, Leiter fait mouche

Monographie «Les ombres éblouissantes», magnifique livre, résonnent de l’ensemble de l’œuvre de l’artiste installé à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...