Passer au contenu principal

«Yann Moix les a tous faits cocus»

Mis en cause par l’accusé, Marc-Édouard Nabe contre-attaque.

«Yann Moix me courait après. ll me vouait une fascination depuis mon «Apostrophes» Marc-Édouard Nabe, écrivain
«Yann Moix me courait après. ll me vouait une fascination depuis mon «Apostrophes» Marc-Édouard Nabe, écrivain
Yvain Genevay

Samedi dernier, sur le plateau d’«On n’est pas couché», Yann Moix troquait son siège de procureur contre celui d’accusé. Depuis dix jours, l’écrivain se trouvait au cœur d’une polémique à triple détente lancée par son roman «Orléans», une charge violente contre sa ville natale et des parents décrits en sadiques achevés. À ce premier scandale que l’on supposait strictement littéraire succédait la contre-attaque du frère Alexandre, accusant Yann d’avoir moins été un enfant battu qu’un aîné tortionnaire. Troisième temps de la valse: l’exhumation par «L’Express» de textes et de dessins négationnistes réalisés vers 1990, réunis dans un opuscule titré «Ushoahïa».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.