Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Mobilité verteDans la course à l’hydrogène, GreenGT monte en puissance

Jean-François Weber, ingénieur et fondateur de l’entreprise GreenGT, devant la H24 le 12 mars dernier à Collombey-Muraz. Le nouveau prototype de voiture de course à motorisation électrique-hydrogène est appelé à courir les 24 Heures du Mans en 2024.

Effectifs renforcés

Chacune des piles à combustible est «rodée» sur le nouveau banc d’essais de GreenGT à Collombey-Muraz.

«Avec l’hydrogène, nous sommes au stade de la voiture à vapeur. Nous démarrons. Mais nous sommes très pressés, car il y a tellement à faire!»

Jean-Francois Weber, fondateur et directeur général de GreenGT
Le patron de GreenGT et le système de propulsion électrique-hydrogène qu’il a développé avec son équipe d’ingénieurs. Ce modèle est destiné à un bateau ou un camion.
5 commentaires
Trier:
    Pierre-François Culand

    Tout adepte de l’urgente transition énergétique se réjouit de tous progrès techniques dont ceux sur la voiture à hydrogène.

    Rappelons cependant que jusqu’ici très peu d’hydrogène est produit de manière verte (1%). Le reste est produit à partir de gaz naturel. Donc en produisant énormément de CO2.

    A terme il devra en aller autrement.

    Pour l’heure la seule solution de ne plus contribuer au réchauffement climatique en se déplaçant en voiture individuelle est d’utiliser une voiture électrique à batterie.

    A terme, aussi pour celle-ci, on doit absolument les produire de manière 100% circulaire. C’est valable pour elles comme pour tous les produits industriels. On ne peut plus continuer de produire en creusant le sous-sol pour extraire les ressources, puis utiliser le produit puis le jeter et constituer des tas de déchets polluants notre environnement, nos océans et notre atmosphère. Ce n’est plus possible.

    Le seul « minerai » acceptable, source de nos futures, productions industrielles doit à terme être issus exclusivement de nos déchets et rien que de nos déchets.

    Et l’hydrogène doit être produit exclusivement par électrolyse de l’eau avec de l’électricité verte.