Passer au contenu principal

Délinquance de rue vaudoiseDe jeunes clandestins ont multiplié les délits

La police ainsi que les spécialistes de la jeunesse et de la migration tentent de juguler un phénomène lié à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

Le Foyer Entre-Bois, à Lausanne, est une des structures de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) destinées aux mineurs .
Le Foyer Entre-Bois, à Lausanne, est une des structures de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) destinées aux mineurs .
Odile Meylan

La pandémie de Covid-19 a des effets inattendus. Comme celui de favoriser la petite délinquance, notamment les vols, qu’ils soient à la tire, à l’étalage ou dans les véhicules. En bref, les délits dits «de rue». Depuis la mi-avril, le phénomène a fortement touché les cantons de Genève et de Neuchâtel qui, comme l’expliquait la RTS, ont répondu à l’aide d’unités spécialisées de la police constituées pour mettre un terme à ces agissements.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.