Passer au contenu principal

EnvironnementDe plus en plus de cigognes hivernent en Suisse

En janvier dernier, 669 couples reproducteurs ont été recensés dans notre pays. Il s’agit d’une augmentation de près de 20%. Les cigognes trouvent de la nourriture en abondance en Suisse.

Les cigognes ne migrent plus vers l’Afrique et restent en Suisse et en Espagne pour l’hiver.
Keystone

Les cigognes ne migrent plus vers l’Afrique et restent en Suisse et en Espagne pour l’hiver. Cela a un effet positif sur la reproduction. En un an, le nombre de couples reproducteurs dans le pays a augmenté de 18% et plus d’un millier de jeunes ont été dénombrés.

En janvier dernier, 669 couples reproducteurs ont été recensés en Suisse, a déclaré Peter Enggist, directeur de la Société Cigogne Suisse. Un an plus tôt, ils n’étaient que 556. Il confirme ainsi une information du «Tages-Anzeiger» faisant état d’une plus grande reproduction de cigognes depuis des années dans le canton de Zurich.

Peter Enggist a rappelé que la cigogne avait disparu de Suisse depuis près de 70 ans. Dans les années 1960, plusieurs jeunes cigognes ont été relâchées dans la nature à Altreu (SO). Leur population a augmenté de 10% par an ces dix dernières années en Suisse.

L’hiver dans les décharges

La raison avancée par Peter Enggist pour expliquer cette augmentation est que les populations de ces oiseaux n’hivernent plus du tout en Afrique. A la place, elles restent dans les décharges en Suisse et en Espagne où elles trouvent de la nourriture en abondance. Ce n’est donc pas le changement climatique qui est à blâmer, selon le directeur de Cigogne Suisse. Dans les zones du Sahel, les cigognes risquent de mourir de faim ou d’être chassées.

L’hiver dernier, 600 de ces oiseaux sont restés en Suisse. Ils ont ainsi pu garder au printemps les meilleurs sites de nidification et ont produit un plus grand nombre de descendants. Pour étudier leur comportement, 60 cigognes ont été munies d’émetteurs.

De plus en plus de décharges contenant des dépôts organiques sont fermées, selon M. Enggist. Il y a trois scénarios possibles sur la manière dont les animaux pourraient réagir. Selon l’expert, l’idéal serait que les cigognes retournent en Afrique pour l’hiver. Mais il est aussi possible qu’elles restent davantage dans leurs zones de reproduction ou qu’elles meurent de faim en Espagne.

En revanche, les cigognes d’Europe orientale continuent de migrer vers l’Afrique, note M. Enggist. Leur nombre diminue en raison d’une agriculture toujours plus intensive dans cette région et parce qu’elles sont chassées de manière intensive en Afrique du Nord.

En Suisse, outre la colonie de cigognes d’Altreu (SO), on trouve de nombreuses cigognes dans la région argovienne du Murimoos, au haras d’Avenches (VD) et à Uznach (SG). Dans les régions montagneuses du Valais , des Grisons ou du Tessin, il n’y a jamais eu de cigognes.

ATS/NXP