Passer au contenu principal

Carnet noir Décès de Diana Rigg, star de «Chapeau melon et bottes de cuir»

Mondialement connue pour son rôle dans la série TV des années 1960, mais aussi pour son personnage d’Olenna Tyrell dans «Game of Thrones», l’actrice britannique s’est éteinte à l’âge de 82 ans.

Outre ses rôles cultes, Diana Rigg a aussi poursuivi une brillante carrière au théâtre.
Outre ses rôles cultes, Diana Rigg a aussi poursuivi une brillante carrière au théâtre.
KEYSTONE

L’actrice britannique Diana Rigg, célèbre pour ses rôles dans les séries cultes «Chapeau melon et bottes de cuir» et «Game of Thrones», est décédée jeudi à l’âge de 82 ans, a indiqué son agent.

KEYSTONE

Une «vie extraordinaire»

«Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer que Diana Rigg est morte paisiblement, tôt ce matin», a indiqué son agent Simon Beresford dans un communiqué, précisant que son décès avait eu lieu «chez elle, entourée de sa famille».

«Ma mère adorée est morte paisiblement dans son sommeil, tôt ce matin», a confirmé sa fille, l’actrice Rachael Stirling, «Elle est décédée d’un cancer diagnostiqué en mars, et a passé ses derniers mois à réfléchir joyeusement à sa vie extraordinaire, pleine d’amour, de rires et d’une profonde fierté pour sa profession».

«Il est impossible d’exprimer à quel point elle va nous manquer», a-t-elle ajouté.

Diana Rigg était mondialement connue pour son interprétation pleine de charme et d’humour d’Emma Peel, acolyte de John Steed dans la série télévisée des années 60 «Chapeau melon et bottes de cuir», mais elle a aussi poursuivi une brillante carrière au théâtre.

Dimension shakespearienne

Ses interprétations de Médée dans la pièce éponyme d’Euripide, et de Mère Courage de Bertolt Brecht, lui ont valu plusieurs prestigieuses distinctions.

Pour la jeune génération, Diana Rigg restera dans les annales grâce à son interprétation d’Olenna Tyrell dans «Game of Thrones». Son interprétation d’un personnage manipulateur, qui n’a pas peur de se confronter aux hommes les plus puissants de Westeros, apporte une dimension shakespearienne à la saga fantastico-médiévale.

KEYSTONE

Apprenant son décès, le réalisateur britannique David Hare a salué «le changement de cap fulgurant» qu’elle avait su insuffler à sa carrière, rendant hommage à cette «Emma Peel qui, quand elle jouait la Médée d’Euripide, la Martha d’Albee, ou la Mère Courage de Brecht, balayait tout devant elle».

AFPE/NXP