Passer au contenu principal

L’invitéDes appels à la responsabilité manquant parfois de cohérence

René Knüsel montre la complexité des enjeux posés par nos choix de société.

Il est beaucoup question dans les médias de responsabilités, qu’elles soient individuelles ou collectives. L’initiative sur laquelle la population est appelée à voter met cette valeur au cœur du débat, mais d’autres interventions, comme celle du directeur du Centre Patronal vaudois dans les colonnes de ce journal, s’y réfèrent en appelant le gouvernement à assumer les conséquences de ses décisions face à la pandémie.

Ce double appel à la responsabilité est fortuit mais prend un caractère quelque peu ironique. Il montre la complexité de la notion qui se compose de différents niveaux, entre autres, juridique, moral ou philosophique. Les entreprises, au cœur de l’attention, sont appelées à faire preuve de responsabilité à l’égard de l’être humain et de l’environnement dans le cadre de l’initiative. Elles devraient bénéficier d’un traitement responsable de la part des autorités, car privées de revenus, dans le second cas de figure.

«Sur le plan juridique, il est plus que probable que les Chambres fédérales devraient exclure de la sphère d’application les PME.»

Certes, il n’est pas question des mêmes entreprises, avec d’un côté des multinationales et de l’autre des PME. Mais le débat, en particulier sur l’initiative, a bien montré la difficulté de considérer ces catégories tant les limites sont à géométrie variable, selon l’intérêt des locuteurs.

Les PME seraient-elles concernées par les termes de l’article constitutionnel? C’est un des enjeux posés en particulier par les opposants. La réponse est double: sur le plan juridique, il est plus que probable que les Chambres fédérales devraient exclure de la sphère d’application les PME; sur le plan éthique, par contre, quelle que soit la taille de l’entreprise, les exigences seront identiques. Le contrôle sociétal devrait se montrer efficace sur ce plan.

Le développement de la pandémie par périodes successives risque de rendre précaire une grande partie des activités économiques et sociales. La responsabilité collective de permettre à l’ensemble de ces acteurs de poursuivre leurs activités est largement reconnue. La complexité des mesures de soutien mises en place souligne la nature largement inachevée de notre système de protection sociale, prévu d’abord pour beau temps.

Solidarité indiscutable

La responsabilité collective, qu’il faut appeler solidarité, envers toutes les entreprises et surtout les personnes qui les font vivre ne doit pas être discutée et faire, au contraire, l’objet d’une interprétation large.

Prendre ses responsabilités, assumer les conséquences de ses actes, en répondre le cas échéant devant la société ou la justice relève d’un mécanisme fondateur de nos sociétés développées. Il s’agit d’une posture morale, quel que soit l’acteur ou l’entité de laquelle cela est exigé.

Vouloir refuser l’un et encourager l’autre semble pour le moins incongru et peu défendable aux plans politique et éthique.