Passer au contenu principal

Incivilités dans les vignesDes bénévoles pour guider les promeneurs à Lavaux

Lavaux Patrimoine mondial s’associe à l’Association Police Lavaux pour former des habitants qui, dès jeudi, rappelleront aux visiteurs les règles à respecter dans le vignoble inscrit.

Début avril, la police locale a dû sévir: les promeneurs – désœuvrés par la crise du Covid-19 – déferlaient en masse à Lavaux, provoquant des dégâts dans les vignes.
Début avril, la police locale a dû sévir: les promeneurs – désœuvrés par la crise du Covid-19 – déferlaient en masse à Lavaux, provoquant des dégâts dans les vignes.
APOL

Mieux vaut prévenir que guérir. C’est en suivant ce précepte que l’Association Police Lavaux (APOL) et Lavaux Patrimoine mondial (LPm) ont décidé de collaborer pour protéger et promouvoir le vignoble inscrit au patrimoine de l’humanité. Une première volée de 25 bénévoles a été formée pour guider les promeneurs et leur faire respecter la propreté des lieux, tout en restant calme même face aux plus récalcitrants, dès ce jeudi de l’Ascension.

C’est le semi-confinement et la fréquentation accrue qu’il a provoquée dans le vignoble qui ont poussé LPm à contacter la police intercommunale. «Nous avons un pool d’une soixantaine de bénévoles depuis l’année passée, grâce au Groupement des habitants de Lavaux, prêts à s’engager pour des manifestations ou des actions de prévention, indique Jeanne Corthay, gestionnaire du site Lavaux Unesco. C’était l’occasion de les mettre à contribution.»

Jours fériés et week-ends

Accompagnés d’un guide du patrimoine rémunéré, qui pourra répondre précisément aux questions des touristes, ces volontaires sont munis d’un fascicule comportant des informations pratiques (restaurants, WC, caveaux…), mais aussi des renseignements sur le cycle de la vigne ou le paysage. Ils seront actifs les jours fériés et les week-ends de beau temps entre 12 h 30 et 15 heures, soit «entre la fin du pique-nique et la balade digestive», illustre Jeanne Corthay.

«Certains visiteurs ne se rendent pas compte que la vigne est une propriété privée»

Raphaël Cavin, commandant de l’APOL

La police a enseigné à ces bénévoles, grâce à des cas pratiques, des outils utiles pour interagir avec les promeneurs. Notamment des techniques de «désescalade verbale». Ils les ont aussi renseignés sur la réglementation en vigueur quant à l’accès aux vignes. «Certains visiteurs, sans vouloir mal faire, ne se rendent pas compte qu’une vigne est une propriété privée, constate Raphaël Cavin, commandant de l’APOL. Pour eux, s’y balader est comme se promener en forêt ou à la campagne.» Il s’agit donc de les guider hors des parchets sans crisper le dialogue.

Promotion de la région

La mesure devrait durer tout l’été et pourrait être reconduite chaque année. «En avril, nous nous sommes aperçu qu’il y avait un déficit d’information pour les promeneurs. La forte présence sur les chemins vicinaux de vignerons, habitants, policiers permet de lisser les problèmes de comportements inadéquats. Et c’est aussi une forme de promotion de la région», estime Raphaël Cavin.

LPm a créé des pictogrammes en 2019, que les vignerons affichent dans leurs vignes. Les bénévoles pourront aussi utiliser ce matériel.
LPm a créé des pictogrammes en 2019, que les vignerons affichent dans leurs vignes. Les bénévoles pourront aussi utiliser ce matériel.
LPm