Passer au contenu principal

Covid et jeunes sportifsDes cas d’école qui laissent songeur

Des M16 privés d’entraînement du jour au lendemain, des nageurs du cadre romand au sec: la frustration gagne la relève.

Pas simple d’expliquer à des ados qu’ils seront exclus de l’entraînement le jour de leurs 16 ans (photo antérieure aux mesures anti-Covid).
Pas simple d’expliquer à des ados qu’ils seront exclus de l’entraînement le jour de leurs 16 ans (photo antérieure aux mesures anti-Covid).
Odile Meylan-a

Dura lex, sed lex. La loi est dure, mais cest la loi. Dans la complexité des mesures anti-Covid, il est parfois difficile de s’y retrouver, tant certains cas d’école peuvent s’apparenter à de l’injustice et créer des frustrations. Personne ne tiendra rigueur aux autorités, qui ont plus d’un règlement à faire respecter. Toutefois, il y a des situations qui incitent à la réflexion.

Prenez le cas particulier des juniors M16. Généralement, le contingent de ces équipes est formé d’ados de 2005 et de 2006. L’entraînement, pour ces sportifs, est donc autorisé. Or, sur le site internet du Canton, vd.ch, la page dédiée au sport vaudois et au coronavirus indique clairement que l’âge est déterminé par la date d’anniversaire. Et non par l’appartenance à une équipe M16. Ce qui signifie qu’un joueur né le 4janvier 2005 peut s’entraîner avec son équipe jusqu’au 3janvier et doit renoncer à le faire à partir du 4.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.