Passer au contenu principal

Communales 2021 à MorgesDes distributions de tracts fâchent le centre et la droite

L’Entente Morgienne, l’UDC, les Vert’libéraux et le PLR accusent les socialistes et les Verts de ne pas respecter les mesures sanitaires.

Les Vert·e·s de Morges ont été pincés «la main dans le sac» à la gare, mais se défendent en estimant que le règlement sur lequel ils se sont basés est trop flou.
Les Vert·e·s de Morges ont été pincés «la main dans le sac» à la gare, mais se défendent en estimant que le règlement sur lequel ils se sont basés est trop flou.
Image: page Facebook Les Vert-e-s Morges

Les socialistes et Verts morgiens auraient-ils ignoré les règles sanitaires dans le cadre de leur campagne aux élections communales? C’est ce qu’avancent leurs adversaires de la droite et du centre comme première anecdote significative de la période. Au début du mois, ils s’étaient vus refuser l’organisation d’une distribution de flyers à la gare par la police du commerce, cette dernière expliquant qu’elle n’autorisait que les activités politiques lors des marchés. Toutefois, il y a quelques jours sont apparues sur les réseaux sociaux des photos de candidats de gauche remettant des tracts, notamment près de centres commerciaux.

«Nous allons rappeler les règles à tous les partis.»

David Stauffer, commandant remplaçant de la police

L’Entente Morgienne, l’UDC, les Vert’libéraux ainsi que le PLR crient au scandale et dénoncent une «infraction crasse aux règles sanitaires», sur un ton qui ne laisse aucune place à la rigolade. Personne ne sourit d’ailleurs à ce qui ressemble à une tempête dans un verre d’eau, puisque les Verts et les socialistes démentent fermement avoir violé la loi. Ils n’ont en fait pas jugé nécessaire de faire une demande auprès de la police du commerce pour mener leur action en se basant sur le règlement cantonal repris sur le site internet de la Commune.

Autorisation nécessaire

Ce texte dit que la «distribution de flyers sans stand sur le domaine public ou dans les gares est possible, sous réserve de l’éventuel accord de l’exploitant ou de la commune (en cas d’usage accru du domaine public)» et que «les organisateurs devront toutefois veiller à ce que cela ne crée pas d’attroupement et ne réunisse pas plus de 20 personnes au même endroit». «Nous avons adapté notre dispositif en fonction et il y avait en moyenne quatre à cinq personnes par emplacement, indique Céline Elsig, cheffe de campagne et coprésidente du Parti socialiste local. Nous avons dès lors estimé que nous n’avions pas besoin d’une autorisation de la police du commerce, puisque nous ne faisions pas un usage accru du domaine public et respections ainsi le règlement en vigueur.»

Faux, répond Police Région Morges. «Ce point n’est manifestement pas clair, mais une distribution de tracts, même en l’absence de coronavirus, doit faire l’objet d’une demande d’autorisation, indique le commandant remplaçant David Stauffer. Nous allons dès lors rappeler les règles à tout le monde.» Version confirmée dans la soirée par la ville, qui a décidé de détendre l’atmosphère en rappelant qu’elle autorisait la distribution de tracts pour les élections à la simple condition d’informer la police du commerce au préalable. Ouf!

4 commentaires
    Yves Grangier

    Le parti socialiste est pour la démocratie, mais seulement si lorsqu'on partage ses idées. Encore un bel exemple de son respect des règles qui ne s'appliquent qu'aux autres.