Passer au contenu principal

Signé LausanneDes pros pour réparer votre vélo au boulot ou à la maison

Après Genève, Fribourg et Aigle, ByKarl arrive à Lausanne.

Les réparateurs de ByKarl débarquent avec un véritable atelier roulant.
Les réparateurs de ByKarl débarquent avec un véritable atelier roulant.
ByKarl

Vous avez un vélo aux pneus crevés au fin fond de votre cave? Votre monture est en réparation et vous rongez votre frein en prenant le bus? Votre bicyclette fait de drôles de bruits et vous craignez qu’elle vous lâche en pleine descente? Nombre de cyclistes contrariés se sont retrouvés dans ce genre de situation. Et ont songé à abandonner. C’est aussi le cas de Benoît Necseru, fondateur de ByKarl.

Karl, c’est le prénom de l’inventeur de la bicyclette, le baron Karl Van Dreis, lit-on sur le site. C’est par ce site que la petite entreprise passe pour faire vivre son idée. Celle-ci est simple: il est compliqué d’amener son vélo en réparation, alors il faut amener le réparateur au vélo. «Nous avons commencé par un test en 2019 à Genève et ça a marché», raconte Benoît Necseru, établi à Fribourg. Les deux villes ont ainsi été les premières du catalogue et c’est une petite équipe de base qui y gère la marque. «Mais nous avons aussi tout de suite voulu avoir des franchises. La première a été ouverte à Aigle en juin 2020.»

Grandes ambitions

Au tour, dès le 15mars, de la franchise lausannoise, tenue par un moniteur d’auto-école! À compter de cette date, si vous habitez la capitale, Prilly, Pully, Écublens, Saint-Sulpice ou encore Renens et que votre vélo a besoin d’un coup de jeune, il suffit de réserver un rendez-vous en ligne. Le réparateur viendra jusqu’à vous sur un vélo-cargo muni d’une riche boîte à outils. «Si une pièce manque, nous passons commande et revenons chez vous.»

À l’origine, ByKarl voulait travailler avec de grandes entreprises uniquement. Mais le télétravail a changé les plans. Aujourd’hui, en plus de la clientèle privée et des entreprises, ces réparateurs à domicile espèrent tisser des liens avec des régies immobilières. «Pour pouvoir venir nous occuper de plusieurs vélos à un même endroit et optimiser ainsi nos déplacements.»

À terme, ByKarl espère essaimer dans tout le pays. Pour, dit le communiqué, que la bicyclette «devienne un moyen de transport quotidien privilégié pour le plus grand nombre».