Passer au contenu principal

Un théâtre, une saisonDes rires pour une double célébration au Casino-Théâtre de Rolle

La salle fête les 250 ans du bâtiment et les 20 ans de son foyer.

Adrien Gygax et Robert Sandoz dans l’excellent «Mon père est une chanson de variété».
Adrien Gygax et Robert Sandoz dans l’excellent «Mon père est une chanson de variété».
GUILLAUME PERRET

Au Casino-Théâtre de Rolle, le rire sera le mot d’ordre de la saison 2020-2021 – qui célèbre les 250e ans du bâtiment et les 20 ans de son foyer. «Nous avions défini cette ligne pour marquer notre double anniversaire. Il se trouve que cela tombe bien en cette période de Covid et de morosité économique, souligne Marie-Claire Mermoud. C’est un heureux hasard!» La saison démarrera en fanfare avec «Confinage – une Revue romande» (lire ci-contre), puis distillera de la bonne humeur avec l’excellent «Mon père est une chanson de variété», de Robert Sandoz (30-31 oct.), l’incontournable «Ça va» de Thomas Wiesel (12-13 nov.), les états d’âme d’un «Pierre Aucaigne en pleine crise» (4-5 déc.), un «Jour de fête» pétillant par The Postiche (3 janv.), sans oublier le «Postcriptum» des Diptik, duo de clowns auréolé de l’un des Prix suisses de la scène (5-6 mars 2021), l’humoriste «Karin C se wifi de tout et de rien» (10-11 mars) et «Mistinguett en haut de l’affiche» (22-25 avr.). Un peu d’émotion, quand même? Oui, avec «Hiver à Sotcho», adaptation du roman d’Elisa Shua Dusapin, par l’autrice et le metteur en scène Frank Semelet (11-12 fév.) ou «Cent mètres papillon», seul-en-scène signé Maxime Taffanel (19-20 mars).

Les coups de cœur

«Confinage - Une Revue romande» Ils sont de retour: Blaise Bersinger et ses compères décortiquent cette année pas comme les autres à la sauce romande (23 sept. – 4 oct.).

«Les clochards célestes - cabaret Rebetiko» Une belle brochette d’artiste redonne vue au Rebetiko, chant des opprimés dans les années 1920, dans un spectacle théâtro-musical (7-8 nov.).

«Les absolues» Sophie Pasquet Racine nous invite à découvrir la quête d’absolu de Pauline et Juliet, deux ados pour qui le monde est trop étriqué (29-31 janv. 2021).

La rencontre

Claude-Inga Barbey La comédienne cartonne sur le Net avec «Olé!» ses chroniques mettant en scène Manuela, femme de ménage émigrée. La voilà propulsée sur les planches dans «Manuela» (16-17 déc.). Le pitch? L’héroïne fait le ménage dans un théâtre après les représentations d’«Othello» et se retrouve au cœur de l’intrigue. «J’ai un immense respect et une grande admiration tant pour la femme que pour la comédienne, son parlé franc, aussi fragile que forte, elle me touche infiniment», confie Marie-Claire Mermoud.