Passer au contenu principal

AutricheAu moins trois morts après un «attentat terroriste» à Vienne

La capitale autrichienne a été le théâtre d’une attaque terroriste lundi soir. Le bilan est d’au moins trois morts, dont un suspect.

Un homme armé était toujours en fuite après avoir semé la terreur, avec au moins un autre homme, lundi soir en plein centre de Vienne, faisant deux victimes et plusieurs blessés. Un des suspects est également décédé. «Une attaque terroriste répugnante», selon le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Les événements sont toujours considérés en cours.

La première victime était un passant, et la deuxième une femme décédée de ses blessures, selon la chaîne de télévision publique ORF. «Au moins un suspect se trouve en fuite», a déclaré dans la nuit le ministre autrichien de l’Intérieur Karl Nehammer. Les attaques n’ont à ce stade pas été revendiquées, quelques jours après des attentats survenus en France.

Les fusillades ont éclaté en tout début de soirée, à quelques heures de l’entrée en vigueur d’un reconfinement de l’Autriche pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Le drame s’est déroulé en plein coeur de la ville, près d’une importante synagogue et de l’Opéra. «Six différents lieux» ont été visés, a précisé la police.

La police zurichoise a arrêté ce mardi après-midi à Winterthour (ZH) deux hommes de 18 et 24 ans, soupçonnés d’être liés à l’attentat survenu lundi soir à Vienne. (Mardi 3 novembre 2020)
La police zurichoise a arrêté ce mardi après-midi à Winterthour (ZH) deux hommes de 18 et 24 ans, soupçonnés d’être liés à l’attentat survenu lundi soir à Vienne. (Mardi 3 novembre 2020)
KEYSTONE
Les spectateurs de l’opéra de Vienne ont quitté sous escorte la représentation, la dernière avant le confinement. (Mardi 3 novembre 2020)
Les spectateurs de l’opéra de Vienne ont quitté sous escorte la représentation, la dernière avant le confinement. (Mardi 3 novembre 2020)
AFP
1 / 11

«A ce stade, il n’est pas possible de dire si la synagogue» était la cible des tireurs, a réagi Oskar Deutsch, le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG). Un des agresseurs a été abattu par la police, intervenue rapidement sur les lieux et dont l’un des membres a été blessé. Le maire de la ville, Michael Ludwig, a par ailleurs fait état de 15 personnes hospitalisées, dont 7 dans un état grave.

Commentant des rumeurs selon lesquelles l’un des assaillants portait une veste explosive, Michael Ludwig a indiqué: «Il semble que la veste était fausse». Il a précisé que des substances contenues par cette veste étaient en cours d’analyse. Le maire a déclaré que cet assaillant, qui a été abattu par la police, était équipé d’une arme longue, d’une autre arme à feu et d’une machette. «Il s’était très bien préparé pour cette attaque», a-t-il dit.

Un des assaillants abattu

Les assaillants étaient «très professionnels» dans la façon dont ils ont préparé leurs attentats et étaient bien armés, a informé le chancelier autrichien Sebastian Kurz, cité par l’agence de presse autrichienne APA. Plusieurs auteurs dont les motivations ne sont pas encore connues sont impliqués, a indiqué le gouvernement. Un des agresseurs a été abattu par la police, intervenue rapidement sur les lieux et dont l’un des membres a été blessé.

Selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par l’AFP, le quartier a été aussitôt bouclé.
Selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par l’AFP, le quartier a été aussitôt bouclé.
AFP

Sur place, les forces de police se sont mobilisées en nombre pour sécuriser les lieux, a constaté un photographe de l’AFP, tandis que des passants prenaient la fuite. Peu de temps après, les spectateurs de l’Opéra quittaient sous escorte la représentation, la dernière avant le confinement.

«Restez à la maison»

Le ministre a appelé les habitants à faire montre de prudence et à rester chez eux. «Restez à la maison! Si vous êtes dehors, réfugiez-vous quelque part! Restez loin des lieux publics, n’utilisez pas les transports!» a lancé la police sur son compte Twitter.

Un témoin, interrogé sur une chaîne de télévision, a dit avoir vu «courir une personne avec une arme automatique, qui tirait sauvagement», un autre témoin faisant état «d’au moins 50 coups de feu». Selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par l’AFP, le quartier a été aussitôt bouclé. Les clients des restaurants et bars du quartier se trouvaient toujours confinés à l’intérieur en milieu de nuit. «Tout à coup, les serveurs ont éteint la lumière et demandé aux gens de s’éloigner des fenêtres», a-t-elle confié.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a condamné lundi soir «une attaque terroriste répugnante» lundi soir. «Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens», a-t-il écrit sur Twitter, disant ses pensées pour «les victimes, les blessés et leurs proches».

«Acte lâche»

Le président américain Donald Trump a dénoncé sur Twitter «encore un vil acte de terrorisme» à Vienne, où des fusillades ont fait deux morts dimanche soir, et dit que les «attaques du mal» devaient cesser. «Les Etats-Unis se tiennent au côté de l’Autriche, de la France, et de l’Europe toute entière dans le combat contre les terroristes, y compris les terroristes islamiques radicaux», a tweeté le candidat républicain à la veille du scrutin où il brigue la réélection. «Ces attaques du mal contre des innocents doivent s’arrêter», a-t-il ajouté.

L’Union européenne a elle aussi fustigé «avec force» cette «horrible attaque», selon les mots du président du Conseil européen Charles Michel, évoquant «un acte lâche» qui «viole la vie et nos valeurs humaines». Pour sa part, la présidente de la Commission européenne, écrit, également sur Twitter: «L’Europe est totalement solidaire de l’Autriche. Nous sommes plus forts que la haine et la terreur».

«Nos ennemis doivent savoir à qui ils ont affaire. Nous ne céderons rien», a réagi de son côté le président français Emmanuel Macron. L’Allemagne a aussi dit fait part de sa solidarité. «Nous ne devons pas céder à la haine qui cherche à diviser nos sociétés», a affirmé son ministère des Affaires étrangères.

Interrogé par l’agence APA, un porte-parole des services de secours n’était pas en mesure de donner un bilan précis. «Nous essayons toujours d’avoir une vue d’ensemble», a-t-il dit. Selon des informations de presse non confirmées, il y aurait entre trois et huit morts. Sur cette vidéo, on voit clairement à quel point l’intervention de la police est rendue compliqué par les lieux, denses et urbains.

Fuite vers la République tchèque?

La police tchèque a indiqué lundi soir avoir lancé des contrôles à la frontière avec l’Autriche. «La police mène des contrôles des véhicules et des passagers aux postes frontière avec l’Autriche, une mesure préventive à la suite de l’attaque terroriste à Vienne», a indiqué la police tchèque sur Twitter.

Le ministre de l’Intérieur Jan Hamacek a de son côté indiqué que les forces de l’ordre tchèques étaient en contact avec leurs collègues autrichiens après l’attaque de Vienne. Le Premier ministre Andrej Babis a exprimé sur Twitter sa «solidarité» avec les Autrichiens. «Je suis horrifié par l’attaque contre la synagogue de Vienne et je veux exprimer ma solidarité à tout le peuple autrichien à mon ami (le chancelier) Sebastian Kurz» a-t-il écrit.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a «fermement condamné» lundi les fusillades qui ont semé la terreur lundi soir en plein centre de Vienne, notamment près d’une synagogue, faisant au moins deux morts dont un suspect et plusieurs blessés. «Il n’y a pas de place pour la haine et la violence dans notre maison européenne commune», a-t-il indiqué sur Twitter en italien et en allemand, tandis que le ministre des Affaires étrangères italien Luigi Di Maio a tweeté que «l’Europe doit réagir» après cette «lâche attaque».

AFP/ATS/NXP