Passer au contenu principal

Suites de la ZAD d’ÉclépensDes véhicules de Holcim sabotés à Bière

Un «commando Chico Mendes» annonce avoir saboté plusieurs véhicules du cimentier LafargeHolcim à Bière, où la multinationale exploite une gravière.

La gravière du Cambèze, ici en 2006, aurait été visitée par des militants écologistes, qui disent avoir saboté plusieurs véhicules.
La gravière du Cambèze, ici en 2006, aurait été visitée par des militants écologistes, qui disent avoir saboté plusieurs véhicules.
Stéphane Romeu

«L’évacuation de la ZAD de la colline n’est pas la fin d’une lutte, mais le commencement», avertit un communiqué diffusé mardi matin sur le site d’information alternatif renverse.co.

Les signataires, qui se cachent derrière le pseudonyme «commando Chico Mendes», du nom du défenseur de l’Amazonie et syndicaliste brésilien assassiné en 1988, annoncent avoir saboté plusieurs véhicules utilitaires sur le site de Bière du cimentier Holcim.

«Intérêts du «grand capital»

Le texte, qui appelle à la multiplication des actions et des manifestations, accuse la conseillère d’État Verte Béatrice Métraux d’avoir «activement défendu» l’évacuation de la ZAD installée depuis octobre dernier sur le Mormont, à deux pas de la carrière du cimentier. L’édile aurait ainsi servi les intérêts du «grand capital».

À ce stade, la police cantonale vaudoise confirme avoir effectué des constats sur le site de la gravière à Bière pour dommages à la propriété. Une jeep et cinq véhicules de chantier sont concernés, sans plus de détails. Les investigations se poursuivent et rien sur place ne revendique les actions.

«Les mesures juridiques nécessaires ont été prises.»

Holcim

Contacté, Holcim évoque tout d’abord des murs ornés de graffitis par des inconnus, entre le 17 et le 22 mars dernier. Depuis, s’y sont ajoutées des serrures endommagées, et surtout «plusieurs machines de chantier ont été gravement endommagées. Les dommages subis par les véhicules constituent un risque majeur pour la sécurité des personnes. Heureusement, aucun employé n'a été blessé», communique Holcim.

«Les mesures juridiques nécessaires ont été prises», indique le cimentier.

Mardi également, la désormais ancienne ZAD de la colline diffusait sur ses supports un message condamnant l’évacuation du Mormont et appelant à une «écologie radicale» et à encore plus d’actions pour nuire à la «normalité économique qui détruit les êtres vivants» par «des manifestations, des grèves, des blocages, des appropriations et occupations de terres».

Contacté, le collectif des zadistes dit ne pas revendiquer cette action, sans la condamner.

La mobilisation pour le Mormont n’est pas encore terminée.

Mise à jour du 07.04.2021: précisions de Holcim quant à l’étendue des dommages.