Passer au contenu principal

Produits toxiquesDésinfecter à outrance pourrait faire plus de mal que de bien

Professeurs, restaurateurs ou vendeurs se sont mis à désinfecter des surfaces plusieurs fois par jour. Mais en l’absence d’une formation réservée aux nettoyeurs, ils risquent de s’exposer, ainsi que les autres, à des dangers pour la santé.

Des employés de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO), s’affairent à désinfecter trams et bus des Transports publics genevois (TPG) pendant la journée, en présence ou non des usagers, afin de protéger les collaborateurs et leurs clients dans le contexte actuel de l’épidémie de coronavirus.
Des employés de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO), s’affairent à désinfecter trams et bus des Transports publics genevois (TPG) pendant la journée, en présence ou non des usagers, afin de protéger les collaborateurs et leurs clients dans le contexte actuel de l’épidémie de coronavirus.
Martial Trezzini/Keystone

Les gares et les bus dégagent une forte odeur de désinfectant. Les classes d’école de vos enfants également, de même que la table du restaurant à laquelle vous vous asseyez. La lutte contre le Covid-19 passe par l’usage de produits antibactériens puissants. Mais cette nouvelle pratique soulève des questions. Il y a quelques semaines encore, à une époque qui semble déjà lointaine, ces produits n’avaient pas bonne presse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.