Passer au contenu principal

Patrimoine montreusienDeux maisons de Louis Villard deviennent des monuments historiques

Le Canton veut valoriser et protéger les Villas Maryland et Lussy, toutes deux construites par le père du poète vaudois Jean Villard-Gilles.

Actuellement inhabitée, la Villa Maryland, sur la route de Glion, a été édifiée dans le dernier quart du XIXe siècle. Attestée en 1893 déjà, elle a été redécouverte lors du dernier recensement.
Actuellement inhabitée, la Villa Maryland, sur la route de Glion, a été édifiée dans le dernier quart du XIXe siècle. Attestée en 1893 déjà, elle a été redécouverte lors du dernier recensement.
Vanessa Cardoso

«Montreux s’est bâtie sous mes yeux: elle avait alors la maladie de la pierre», disait Jean Villard-Gilles, le poète des Vaudois, né dans la ville en 1895, en même temps qu’on la construisait. Il était à double titre aux premières loges: son père, l’architecte Louis Villard (1856-1937) y a massivement contribué, avec 130 constructions, 50 transformations ou agrandissements, et au moins une vingtaine de projets inaboutis. Ces jours, deux de ses œuvres resurgissent du passé. Après avoir classé la Villa Lussy, au bord du lac, à deux pas de la tour d’Ivoire, le Canton s’apprête aussi à ériger au rang de monument historique la Villa Maryland, caché dans sa forêt sur la route de Glion et sans doute peu connue des Montreusiens. Le projet est à l’enquête. Du côté de la Commune de Montreux, cette démarche de l’État, qui vise à protéger et à valoriser ces deux propriétés privées, est saluée. «Un processus de classement engendre de nouvelles contraintes pour le propriétaire, mais aussi des possibilités de subventions», ajoute Lorraine Wasem, cheffe du Service de l’urbanisme.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.