Passer au contenu principal

Théâtre engagéDeux Nyonnais partent à l’abordage des préjugés sur les migrants

Créé par un duo fraternel, «Le bruit et l’odeur» s’ancre autour d’un sauvetage en Méditerranée pour décaper à coup de rire corrosif la part latente du racisme.

Sous la direction de Nicole Walther, les passionnés de théâtre (de g. à dr.) Timo Walther, Eros Moscato, Claire Danalet et Laure Gys incarnent les quatre protagonistes de la création «Le bruit et l’odeur».
Sous la direction de Nicole Walther, les passionnés de théâtre (de g. à dr.) Timo Walther, Eros Moscato, Claire Danalet et Laure Gys incarnent les quatre protagonistes de la création «Le bruit et l’odeur».
LDD

Pas de quartier pour les zygomatiques! Lorsque, dans les eaux turquoise du Sud, une croisière paradisiaque rencontre la réalité dantesque de 80 migrants naufragés, c’est tout le train-train d’une famille helvétique qui s’en trouve chamboulé. Pour le meilleur et pour le rire.

En traitant des boat people de notre temps, Nicole et Timo Walther interrogent les inégalités de la migration. «C’est une thématique qui me tient à cœur, confie l’étudiante en relations internationales. Les jeunes ont beaucoup de choses à dire mais pas toujours les relais politiques et financiers pour se faire entendre. Alors on voulait donner notre voix.» Plus qu’une bouteille à la mer, cette création amatrice se savoure comme un miroir déformant propice à cerner certains travers de pensée habilement caricaturés.

Un dérapage de Jacques Chirac

D’où le titre «Le bruit et l’odeur», citation empruntée à un ancien président français. «Jacques Chirac est une personnalité plutôt bien vue et même lui a eu un dérapage, rappelle la metteuse en scène. Et puis, cela évoque aussi une atmosphère.» Dans l’idée que les désagréments sonores et olfactifs témoignent de la peur de l’autre. De la défiance envers cet inconnu venu d’ailleurs. Comme lorsqu’à l’annonce du sauvetage des infortunés l’un des personnages s’empresse d’aller vérifier que sa cabine est bien fermée à clé.

Coécrite deux ans durant par les jeunes frère et sœur de 19 et 23 ans, la pièce s’articule autour des interactions entre les quatre vacanciers suisses. «On s’est inspiré de phrases qu’on entendait parmi nos connaissances et dans les transports publics pour établir un ensemble», explique l’étudiant en architecture. Le résultat sera présenté à Nyon (Salle de la Colombière) du 10 au 13 septembre.

Aux côtés du Nyonnais, trois gymnasiens de la région Claire Danalet, Laure Gys et Eros Moscato campent les autres rôles. Tous sont issus des cours de théâtre délivrés par Fabienne Penseyres. «Elle nous a donné le goût de l’absurde», sourit avec gratitude Nicole Walther.

Nyon, Salle de la Colombière, du 10 au 12 septembre à 20h et le 13 à 17h.
Réservations: troupe.bourrasque@gmail.com