Passer au contenu principal

TennisNovak Djokovic, de la parole aux actes

Facile vainqueur de Daniil Medvedev en finale, Novak Djokovic a remporté son 9e titre à l’Open d’Australie, son 18e en Grand Chelem. Il est désormais à deux longueurs de Roger Federer et Rafael Nadal.

La joie de Novak Djokovic après sa victoire en finale contre Daniil Medvedev.
La joie de Novak Djokovic après sa victoire en finale contre Daniil Medvedev.
AFP

Roland-Garros à Rafael Nadal – treize sacres – et Wimbledon à Roger Federer (huit). À l’Open d’Australie, Novak Djokovic, 33 ans, est plus que jamais le roi de Melbourne Park. Dimanche, le Serbe a remporté son 9e titre sur le sol d’une Rod Laver Arena «qu’il aime toujours plus chaque année», son 18e en Grand Chelem, qui le place désormais à deux longueurs de ses deux plus grands rivaux, Roger Federer et Rafael Nadal (20).

De la parole aux actes. Ainsi pourrait-on résumer les trois derniers jours du no 1 mondial aux antipodes. Après sa demi-finale victorieuse jeudi, il avait déclaré au micro d’Eurosport: «On a beaucoup parlé de la nouvelle génération qui arriverait et prendrait le pouvoir sur nous trois (ndlr: Federer, Nadal et Djokovic). Mais si on est réaliste, ce n’est toujours pas arrivé. On peut parler de ça toute la journée si vous voulez mais, avec tout le respect du monde, ils ont encore beaucoup de travail», avait-il dit avant de lâcher. «Je ne vais pas rester ici et leur passer le titre comme ça. Ils vont devoir se ‘casser le cul’ s’ils le veulent.»

Dimanche soir, ces mots de Novak Djokovic ont résonné très fort dans la Rod Laver Arena. Au terme d’un premier set de grande qualité, le natif de Belgrade a pris les commandes pour ne plus jamais les lâcher. Si bon lors de la quinzaine, Daniil Medvedev a alors commencé à faire des fautes, trop de fautes (30 en tout) pour espérer autre chose qu’une défaite, sa deuxième en finale d’un Grand Chelem après celle contre Rafael Nadal à l’US Open 2019. Mais il faut l’écrire: le Russe, avec 32% de points gagnés derrière sa deuxième balle de service, est avant tout tombé face au meilleur relanceur du monde. Point barre.

Vainqueur 7-5 6-2 6-2 en moins de deux heures, Novak Djokovic s’est à nouveau arrêté au micro d’Eurosport après son sacre pour évoquer sa sortie médiatique trois jours plus tôt. «C’était une déclaration risquée, a-t-il avoué. Mais je pense, après toutes ces années, avoir mérité le droit de montrer ma confiance en moi-même, mon jeu et mon record lors des finales ici». Voilà qui est dit.

3 commentaires
    George, le Serbe

    Novak Djoković EST le meilleur joueur de tennis au monde - point final. Le plus versatil des trois et le plus stable dans son jeu. Ils va depasser le nombre des grand slams de Nadal/Federer déjà cette année. En ce qui concerne sa popularité, il est populaire - ce n’est que l’elite qui le meprise - aussi bien que les serbophobes. On s’en fishe d’eux. Le temps travail pour Novak.