Passer au contenu principal

États-UnisDonald Trump vante son mur: «il a arrêté le Covid»

En visite en Arizona, le président américain a vanté mardi les mérites de son mur à la frontière mexicaine, même face au coronavirus.

Donald Trump a assuré que le mur était utile pour lutter contre l’immigration clandestine mais s’était aussi révélé très efficace contre la propagation du Covid-19 (archives).
Donald Trump a assuré que le mur était utile pour lutter contre l’immigration clandestine mais s’était aussi révélé très efficace contre la propagation du Covid-19 (archives).
KEYSTONE/AP/MATT YORK

Le président américain Donald Trump a vanté mardi depuis l’Arizona l’efficacité du mur construit sur une partie de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il a assuré qu’il avait été très utile en particulier contre le Covid-19.

«C’est le mur le plus puissant (…) qui soit au monde, il bénéficie d’une technologie incroyable», a expliqué le président américain lors d’une table ronde organisée dans la ville de Yuma pour marquer le cap des 200 miles (322 kilomètres). Le locataire de la Maison-Blanche a insisté sur le fait que ce mur était «infranchissable» à moins de disposer «d’une échelle extraordinairement longue».

Promesse de campagne

Donald Trump a en particulier assuré que cet édifice controversé était utile pour lutter contre l’immigration clandestine mais s’était aussi révélé très efficace pour lutter contre la propagation du Covid-19. «Il a arrêté le Covid, il a tout arrêté», a-t-il martelé. «En Californie par exemple, il y a des zones très infectées du côté mexicain. Si nous n’avions pas le mur, la situation serait catastrophique», a-t-il expliqué.

Le milliardaire new-yorkais a fait de la lutte contre l’immigration illégale, un des marqueurs de sa présidence. Il avait promis le jour du lancement de sa campagne, le 16 juin 2015, de construire un «mur magnifique», dont la description et la taille ont varié au fil des meetings. Il avait également assuré qu’il ferait payer le Mexique. Finalement ni Mexico, ni le Congrès ne lui ont alloué les fonds requis et il a dû puiser dans le budget du Pentagone pour faire avancer les travaux.

(ATS/NXP)