Depuis qu’elle joue au bandy, elle vole sur la glace

Bandy hockeyGenevoise du Lausanne HC féminin, Jessica Schaffner va disputer le 19 février en Norvège des Mondiaux d'un sport nordique mélangeant le foot et le hockey.

Jessica Schaffner va participer cette semaine aux Mondiaux de bandy en Norvège.

Jessica Schaffner va participer cette semaine aux Mondiaux de bandy en Norvège. Image: STEEVE IUNCKER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’elle effectuait ses premières pirouettes, au milieu de la patinoire des Vergers à Meyrin, Jessica Schaffner n’aurait jamais cru qu’un jour elle porterait ce maillot rouge à croix blanche, qu’elle chanterait l’hymne national et qu’elle serait internationale. Et pourtant...

Le hasard fait souvent bien les choses. C’était son destin.

C’est, il y a deux ans, lors d’une discussion avec des copines jurassiennes qu’on lui a parlé pour la première fois du... bandy (prononcez bandu), de ce sport encore méconnu chez nous. La fédération cherchait des joueuses de qualité pour créer une équipe compétitive. «Pourquoi pas», s’est-elle dit...

C’était forcément une belle opportunité pour cette Genevoise de 25 ans qui rêvait d’une nouvelle expérience à ce niveau-là. «Du coup, j’ai participé à un camp de sélections où on recrutait des filles. Et voilà comment je suis devenue une joueuse de l’équipe de Suisse.» Simple comme bon tour.

Un but historique

Jessica qui avait déjà eu l'honneur d'inscrire le premier but historique, en hockey, pour la Suisse lors des Universiades de Krasnoyarsk (Russie) l’an dernier, ne pouvait pas rêver mieux. Elle apprécie tellement cette ambiance différente, de se mesurer avec d'autres athlètes plus expérimentés, d'autres nations. «Il y avait aussi un village, des cérémonies, comme aux Jeux. C'est quelque chose d’inoubliable, se souvient-elle. Maintenant, j'espère avoir un rôle au niveau de la logistique lors de la prochaine édition qui aura lieu en 2021 à Lucerne», ajoute cette ancienne patineuse d'artistique. Devenue hockeyeuse, elle est prête désormais à voler sur la glace depuis qu'elle a découvert le cette nouvelle discipline, nordique, qui est doux un mélange entre le hockey sur glace et le football.

Le gardien n’a pas de crosse

«Il s’agit plus ou moins des règles du foot, précise la néo-internationale. Cela se joue sur deux fois 45 minutes, sur une surface de jeu identique mais complètement gelée et à onze contre onze avec des patins, une canne et une balle de liège de couleur orange. Contrairement au hockey, il y a des milieux de terrain et on tire aussi des corners, mais le gardien n’a pas de crosse. Au final, le but identique, il faut faire trembler les filets.» Et se faire plaisir en visant des cages de 2 m 10 sur 3 m 50...

«Il y a beaucoup de vitesse et c’est chouette de pouvoir s'exprimer ainsi sur une aussi grande surface, s’exclame cette novice qui se réjouit de participer à mi-février en Norvège aux championnats du monde. Si j’adore le hockey, c’est génial de pouvoir patiner sur cinquante mètres de glace. Il y a de plus longues passes.»

A Fleurier et à la Brévine

Très populaire dans les pays scandinaves, ce sport n’a pas encore décollé dans notre pays, si ce n’est dans le Val de Travers qui a transformé son équipe unique en Suisse en sélection nationale. «Du coup, que ce soit les filles ou les garçons, on joue surtout à Fleurier, renchérit Jessica. Ou plutôt dans la patinoire des Ponts de Martel quand ce n’est pas sur le Lac de la Brévine par rapport aux dimensions.» Comme il n’y a qu’un club et aucune surface de jeu digne de ce nom pour pratiquer ce sport, il n’y a aucun championnat helvétique, uniquement des camps d'entraînement et des rencontres internationales. «On se rencontre régulièrement pour parler des règles différentes du hockey», précise cette enseignante à l'école primaire de Vernier qui instruit «des élèves de 7C super chous» qui baignent malgré eux dans sa passion.

«On m'appelle la Genevoise»

Cette ancienne joueuse du CP Meyrin, qui soutient les Aigles des Vernets, porte depuis 2018 les couleurs du LHC féminin en LNB. «Même si on m'appelle la Genevoise, j'ai bien été acceptée à Lausanne, sourit cette attaquante, qui ne compte pas ses heures dans sa voiture pour tout faire. Là, on est qualifiées pour les play-off, nous avons une très belle équipe.» A la Vaudoise arena, on rêve de titre et de promotion. Entre temps, Jessica Schaffner mais également ses coéquipières du club Noémie Carrard (Genevoise, elle aussi) ainsi que la capitaine Silènbe Guy auront été jouer au bandy cette semaine, du 19 au 22 février, à Oslo.

«Si les meilleures formations du monde, à savoir les pays nordiques, le Canada et les Etats-Unis évoluent dans le groupe A, nous seront opposées à la Lettonie et le Japon où on a des chances de nous classer dans les deux à trois premières de notre groupe, c’est notre objectif.»

A Jessica et ses copines de voler sur la glace, comme une pirouette, tellement loin des Vergers...

Créé: 18.02.2020, 14h33

Jessica Schaffner

Née le: 19 mars 1994 à Genève

Taille: 165 cm

Poids: 55 kg

Profession: institutrice à l’école primaire de Vernier (GE)

Clubs de hockey sur glace: Meyrin (2010 à 2018), Lasuanne HC (2018 à ce jour)

Cinq rencontres avec l’équipe de Suisse aux Universiades en 2019.

Internationale de bandy hockey depuis 2019

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.