La tête, ce pilote qui conduit aux succès et aux sorties de route

TennisLes paramètres qui influencent le mental sont nombreux. Quand le système est enrayé, tout se complique.

Roger Federer, modèle d’équilibre selon Guy Forget. «Il dure longtemps, il se blesse rarement et il traverse peu de passages à vide», constate le Français.

Roger Federer, modèle d’équilibre selon Guy Forget. «Il dure longtemps, il se blesse rarement et il traverse peu de passages à vide», constate le Français. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il arrive souvent que les joueurs évoquent un épuisement psychique parmi les raisons d’une défaite. Timea Bacsinszky l’a d’ail­leurs fait mardi, après son élimination au premier tour de l’US Open. Quelques heures plus tard, au moment de justifier les hauts et les bas qu’il avait traversés pour venir à bout de l’Espagnol Albert Ramos-Vinolas (7-5 6-4 7-6 en 2 h 15), Stan Wawrinka a souligné des «trous sur le plan mental» en cours de match. Des baisses de régime intracrâniennes, sous forme de chutes de la concentration ou de l’exigence individuelle, qui ont contribué à rendre son tennis plus vulnérable. A croire que la fatigue psychique est davantage préjudiciable qu’un état de fraîcheur physique laissant à désirer. Ancien capitaine des Bleus en Coupe Davis, Guy Forget tente de nous éclairer. «Le joueur de tennis dispute un combat qui est à la fois physique et mental, débute-t-il. Reste que c’est la tête qui commande les muscles et qui est censée distiller des ordres rapides et positifs.» A partir du moment où cette voie intérieure fonctionne au ralenti ou est entrecoupée de signaux négatifs, une mauvaise spirale s’installe dans l’esprit du protagoniste. «Normalement, un professionnel doit être capable de faire face à toute sorte de situation. Le mental doit toujours trouver la parade. Si on devient sujet à l’agacement, si on se laisse influencer par des paramètres extérieurs tels que les conditions climatiques, les spectateurs ou autres désagréments, c’est qu’on est fatigué nerveusement», poursuit le Français. La bataille, aussi bien contre l’adversaire que contre soi-même, se complique. «On sort du match et on perd en efficacité, même lorsque l’on est le meilleur athlète du monde.»

L’épuisement psychique peut provenir de différents facteurs: une succession de rencontres ou de tournois difficiles, un manque de récupération, un stress extra-sportif, des contrariétés personnelles ou une abondance de sollicitations diverses. «Tout ça prend de l’énergie mentale et a une influence sur la capacité du joueur à gérer ses émotions, donc à être performant, commente Forget. Pour prévenir la fatigue, il faut avoir la capacité d’organiser un programme annuel cohérent, en aménageant des plages de repos. Celles-ci sont à mes yeux essentielles. Autour de soi, on a également besoin d’un climat apaisant. Comme par magie, quand un mec gagne, l’environnement autour de lui est épanouissant.»

Le spécialiste cite Roger Federer en exemple. «Il a su instaurer une stabilité sportive et familiale qui lui permet d’être quasi tout le temps compétitif. Mis les uns avec les autres, les paramètres ont du poids. Chez le Suisse, ils font qu’il dure longtemps, qu’il se blesse rarement et qu’il traverse peu de passages à vide.»

Nadal et son corps

L’importance des données de base augmente lors des tournois du Grand Chelem, où le joueur doit être vif durant quinze jours, à cheval entre crispation et vigilance. Un équilibre indispensable à trouver, au risque de se faire bouffer par le stress. Fondamental, l’état de fraîcheur psychique reste cependant indissociable de la forme physique, comme le rappelle Guy Forget en conclusion: «Nadal a beau avoir le mental le plus solide du monde, il vit une période délicate car son corps n’est plus le même qu’à l’époque. C’est comme en automobilisme: tu peux être le meilleur pilote de la terre, si ta voiture ne marche pas bien tu ne gagnes pas.»

Les Suisses goûtent peu à l'interview sur le court

L’interview de l’Américaine Coco Vandeweghe, réalisée lundi entre deux sets sur le banc de la joueuse par ESPN (une première dans l’histoire du tennis), ne fait pas l’unanimité, à Flushing Meadows. «Je ne pense pas que j’accepterais, explique Stan Wawrinka. D’ailleurs, des représentants de la chaîne étaient venus me voir à Cincinnati pour me demander si l’idée m’intéressait. Ce n’est pas vraiment le cas. De toute manière, il n’y a pas grand-chose à évoquer en plein match, à part le soleil et le public… L’adversaire et son coach peuvent vous entendre, vous n’allez donc pas raconter exactement ce qui se passe dans votre tête.»

L’initiative du nouveau diffuseur officiel de l’US Open correspond aux ambitions des télévisions d’en faire toujours plus, d’être toujours plus proches de l’action. «Cette innovation ne m’étonne pas, lâche le coach de Timea Bacsinszky, Dimitri Zavialoff. Je ne serais pas non plus surpris que de telles scènes s’exportent dans le futur.»

Là où les joueurs ont surtout tendance à fuir les distractions afin de se maintenir dans leur bulle, Coco Vandeweghe a foncé droit dedans. «Je ne suis pas sûr que beaucoup d’autres l’imitent, avance Roger Federer. Le risque que votre jeu en pâtisse existe. Vous n’allez pas prendre le micro et dire, rétrospectivement: «Quel stupide enchaînement j’ai fait là.» Ça vous frustrerait encore plus. Je comprends l’idée, reste à savoir ce qui est «too much» ou non. Personnellement, je ne l’ai jamais fait en dix-sept ans. Alors pourquoi je commencerais maintenant?»

Créé: 03.09.2015, 09h22

Fenêtre sur courts

Kyrgios fait du Kyrgios L’Australien a interpellé les représentants de la presse, mardi après sa défaite au 1er?tour face à?Andy Murray. «Je ne pense pas que tous les gens présents dans cette salle étaient parfaits à?20?ans. Dites-le si vous l’étiez! (Ndlr: silence dans la salle.)
C’est bien ce que j’imaginais…» Contre l’Ecossais, le 37e joueur mondial s’était auparavant plusieurs fois avachi sur son banc, lors des changements de côté. «Je faisais des siestes. Ça fait du?bien.»

La phrase «Je joue très bien en?ce moment, de manière?constante et d’une façon qui m’amuse, aussi. Ma condition physique est au top, ma confiance également. J’ai réalisé la préparation parfaite, dans le sens où j’ai eu suffisamment de temps libre, d’entraînements et de matches. Tout va bien.» C’est signé Roger Federer.

Le chiffre 12 Comme le nombre d’abandons enregistrés lors?du?1er?tour. La chaleur (plus de 30?degrés) et la forte humidité y sont sans doute pour quelque chose. Les victimes masculines se nomment Monfils, Dolgopolov, Lu,
F. Mayer, Stepanek, Kokkinakis, Andujar, Baghdatis, Nedovyesov et Gulbis.

Banzaï! Nicolas Mahut s’est exprimé au sujet des retours kamikazes de Roger Federer: «J’ai essayé de le faire à l’entraînement: j’ai loupé la balle. Il n’y a vraiment que lui qui puisse le?réaliser», a-t-il dit à notre confrère de RMC.

Le programme des Suisses Aujourd’hui, Roger Federer affronte le Belge Steve Darcis (ATP 66), alors que Stan Wawrinka rencontre le grand espoir coréen Hyeon Chung
(ATP 69).

Articles en relation

Bencic passe; chronique d'un scénario surréaliste

Tennis La Saint-Galloise s'est qualifiée pour le 3e tour de l'US Open après avoir pleuré, persuadée que c'en était fini pour elle. Plus...

Wawrinka: «Quelques trous sur le plan mental»

Tennis Le Vaudois a réagi à sa victoire face à l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas, mardi au premier tour de l'US Open. Plus...

«C’est sur les rencontres en cinq sets que je suis le plus fort»

Tennis Les tournois du Grand Chelem réussissent en général mieux à Stan Wawrinka, qui entre en lice aujourd’hui à l’US Open. Plus...

Federer «Je joue bien car je bouge bien»

Tennis Le Bâlois se sent à l'aise, au moment d'aborder l'US Open. Mais il craint son adversaire du premier tour, l'Argentin Leonardo Mayer (ATP 33). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.