Passer au contenu principal

ProcèsÉblouis par Guignard, rassurés par Mouquin, ils ont perdu gros

Plusieurs prêteurs racontent comment ils ont été conquis par un projet immobilier du prestigieux pâtissier. Leur investissement a servi à éponger des dettes.

Avant de quitter l’audience pour cause de malaise, Philippe Guignard (ici en compagnie de son conseil Me Marianne Fabarez-Vogt) s’est présenté au tribunal à Renens en acceptant de bonne grâce à la présence des objectifs. Malgré sa défaillance de fin de matinée, il a ensuite pu donner une interview télévisée avant de se faire dispenser.
Keystone

«J’ai été accueillie dans la salle de réception du Tea room d’Orbe avec un café et des petits biscuits, raconte une lésée. Les formes étaient là, si j’avais su que le fond ne suivait pas…» Les célèbres «Guignardises» ont-elles convaincu par la douceur seize prêteurs d’engager des fonds dans une promotion immobilière prétexte? Le fait est que depuis lundi, le pâtissier à la carrière fulgurante (lire encadré) se retrouve face au Tribunal correctionnel du Nord vaudois accusé d’escroquerie par métier, gestion déloyale aggravée et gestion fautive.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.