« Il faut 600'000 francs pour lancer une marque »

HorlogerieUn Français et un Allemand ressuscitent Czapek, qui s’associa en 1839 avec Patek, à Genève.

Xavier de Roquemaurel, cofondateur de Czapek & Cie SA.

Xavier de Roquemaurel, cofondateur de Czapek & Cie SA. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pari est audacieux. Fou, peut-être. Le Français Xavier de Roquemaurel et l’Allemand Harry Guhl ont décidé de relancer une marque vieille de 175 ans. Les deux compères ont fondé Czapek & Cie, exhumant les beaux garde-temps de luxe créés par le Tchèque d’origine polonaise François Czapek, qui s’associa en 1839, à Genève, avec le fondateur de l’illustre marque Patek Philippe. Tout sourire, le Français caresse avec son gant noir l’une des montres qu’il compte mettre sur le marché.

L’entreprise est tout sauf évidente. «Nous avons déjà levé 500'000 francs auprès d’une douzaine d’investisseurs. Mais il nous faut encore trouver 120'000 francs pour véritablement lancer cette marque mythique », précise le patron horloger, qui vient de déménager la société de Neuchâtel à Genève, berceau de la marque Czapek.

Afin de compléter le financement de départ, il croit dur comme fer au « crowdinvesting », un système permettant à des investisseurs de participer à l’opération, moyennant écus ou autres espèces sonnantes et trébuchantes. Il faut allonger 2500 francs pour devenir actionnaire de Czapek & Cie, et Xavier de Roquemaurel espère « convaincre 200 nouveaux investisseurs ». Un demi-million de francs supplémentaires tomberaient alors dans l’escarcelle de cette société, dont les fondateurs rêvent d’en faire une marque pérenne.

"L'idée a germé dans l'esprit de mon associé Harry Guhl, qui a effectué la recherche légale pour s'assurer que cette marque est libre de droits", ajoute le Français. Les dirigeants de cette marque qui remonte au XIXe siècle veulent l'ancrer dans le canton, en y effectuant l'assemblage final avec, pour objectif, "de décrocher le Poinçon de Genève". Le volume de fabrication sera modeste, au début: "nous comptons produire au maximum 250 montres en 2016". Et son prix? "Entre 10'000 francs et 25'000 francs", répond ce Français, né à Lyon il y a 46 ans. (24 heures)

Créé: 10.11.2015, 11h29

Articles en relation

A New York, TAG Heuer connecte l’horlogerie suisse au futur

Horlogerie CEO de la marque, Jean-Claude Biver a dévoilé la montre connectée développée avec Intel et Google. En douze mois! Plus...

Patek Philippe investit 500 millions de francs

Industrie horlogère Le groupe genevois construit un nouveau bâtiment voué à la recherche appliquée. Avec ses fonds propres. Plus...

Quelle économie nous faut-il pour demain?

L'invitée La députée Dominique-Ella Christin écrit un plaidoyer vibrant en faveur du projet du Conseil fédéral pour moderniser la loi de protection de l'environnement. Plus...

Horlogerie: baisse des ventes en septembre

Exportations Sur un an, la diminution a atteint 7,9%. Après la Chine et Hongkong, c’est aux Etats-Unis que les montres suisses ont été boudées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.