0%, telle sera la rémunération de l’épargne chez UBS

BanqueEt pour cause. La BNS n’exclut pas d’abaisser les taux négatifs pour lutter contre un franc redevenu valeur refuge.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès le 1er juin, affirme le site internet d’UBS, la grande banque appliquera un taux d’intérêt de 0,00% sur les comptes épargne de ses clients adultes, comme c’est déjà le cas sur les comptes courants. Cette marque de zéro pour-cent est certes symbolique, la moyenne des rémunérations de l’épargne par les banques suisses s’établissant, selon le site comparatif Moneyland, à 0,07%, Credit Suisse étant à ce jour l’une des plus chiches avec 0,01%. Mais UBS est la première grande banque commerciale à suivre l’exemple de la Banque Alternative Suisse (BAS) qui, en 2016, avait ramené le taux d’intérêt sur les comptes d’épargne à 0%, répercutant ainsi les taux négatifs sur sa petite clientèle.

Comme l’affirme Silvan Wehrli, analyste chez Moneyland, «un taux zéro conduit logiquement les clients à se demander pourquoi détenir encore un compte épargne». Voire un compte en banque tout court, tous les autres types de dépôts – des comptes jeunesse au 3e pilier a), en passant par ceux de libre passage s’approchant, eux aussi, dangereusement du 0%. En réalité, les Suisses expérimentent déjà l’épargne négative, car les frais de tenue de comptes dépassent les revenus qu’ils engrangent.

Ils perdent ainsi en moyenne entre 30 et 100 francs pour un dépôt de 20'000 francs. Mais la décision d’UBS marque les esprits, car, comme l’affirme Benjamin Lanz, directeur de Moneyland, «elle pourrait provoquer un effet d’entraînement, les autres établissements fixant généralement leurs taux d’intérêt, en observant ceux pratiqués par les grandes banques». Le signal est donc donné, car, comme l’explique UBS dans un communiqué, la tendance aux taux bas, voire aux taux négatifs est appelée à se poursuivre pour quelque temps encore.

En avril dernier, le président de la Banque nationale suisse Thomas Jordan a répété «qu’un renforcement des taux d’intérêt négatifs (aujourd’hui à 0,75%) n’était pas à exclure». À leur introduction en 2015, il ne voyait pourtant pas «cette situation durer longtemps». Mais, aujourd’hui, entre le Brexit et le contexte de guerre commerciale mondiale, il craint que le franc suisse ne redevienne une valeur refuge pour les investisseurs. Pour les épargnants, par contre, les billets sous le matelas reprennent des couleurs.

(24 heures)

Créé: 21.05.2019, 19h17

Articles en relation

L’épargne des plus riches dépasse le revenu disponible des plus pauvres

Consommation La situation financière varie fortement d’un ménage à l’autre. Nous vous proposons un test pour connaître la vôtre. Plus...

UBS ne rémunère plus les comptes épargne

Banque Dès le 1er juin, la banque helvétique UBS n'offrira plus d'intérêts pour les épargnants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.