Passer au contenu principal

Scandale du fonds malaisien1MDB: le lanceur d'alerte pâtit du dégât d'image

Le lanceur d'alerte genevois qui a fait éclater le scandale du fonds souverain malaisien 1MDB ne peut toujours pas ouvrir un simple compte en banque.

Xavier Justo lors de son incarcération en Thaïlande en juin 2015.
Xavier Justo lors de son incarcération en Thaïlande en juin 2015.
Keystone

Après avoir déposé plainte contre deux dirigeants de PetroSaudi, Xavier Justo veut désormais rétablir son honneur.«Je suis innocent. J'ai exposé un crime. Ce sont les criminels», dit-il dans un entretien accordé ce lundi à l'ats en parlant de ces personnes. Mais le «dégât d'image» pourrait durer encore longtemps estime-t-il.

Xavier Justo était revenu fin 2016 en Suisse après avoir été libéré en Thaïlande. Condamné et détenu dans ce pays pour avoir tenté de faire chanter son ex-employeur PetroSaudi, il dément avoir touché 2,5 millions de dollars pour la restitution de données de l'entreprise.

Celle-ci lui reproche de les avoir volées mais lui affirme les avoir reçues par un informaticien. Le montant équivaut, selon lui, à des arriérés sur l'accord de départ qu'il a conclu en 2011 avec son ex-employeur.

Or, les données de l'entreprise pétrolière ont dévoilé le détournement de 4,5 milliards de dollars du fonds souverain malaysien 1MDB. Une partie vient d'un montage avec PetroSaudi.

Privé de compte en banque

Des rumeurs de représailles pour l'éclatement de cette affaire lui ont été relayées mais il dit ne pas être inquiet pour lui. Et il affirme ne pas les avoir attendus «pour protéger» ses proches.

Malgré l'absence de casier judiciaire en Suisse, la condamnation de Xavier Justo a encore des conséquences très concrètes. Fiché, «je suis incapable d'ouvrir un compte en banque» à Genève, dit-il. Y compris dans un établissement pour lequel il avait travaillé.

Les mois qui ont suivi son retour à Genève ont été marqués par la vente de sa maison «au quart de son prix» et un hébergement chez ses beaux-parents jusqu'en été dernier. Il a désormais pu retrouver un emploi auprès de la famille d'un ami dans l'immobilier.

«Ma vie a repris un semblant de normalité depuis que j'ai une activité et surtout depuis que j'ai déposé cette plainte», dit-il, deux jours après une conférence de presse à Zurich. «Un soulagement, même, une libération», affirme-t-il.

Dossier au MPC

Xavier Justo a lancé cette procédure fin octobre contre trois personnes auprès des autorités judiciaires genevoises. Tard, parce que les autorités judiciaires lui avaient demandé d'attendre pour ne pas interférer avec des investigations en cours.

Portant sur 13 motifs de la menace au chantage en passant par la corruption d'agents publics étrangers, le dossier a été transmis au Ministère public de la Confédération (MPC). Xavier Justo veut que l'informaticien, qui dément lui avoir fait suivre les données, «revienne à la réalité et arrête de couvrir» les dirigeants de PetroSaudi. Et il vise le paiement de son avocat suisse par l'autre partie.

De son côté, cité lundi par le quotidien «Le Temps», l'avocat du groupe et de son principal dirigeant réaffirme que Xavier Justo a volé les données. Il ajoute que ses clients réservent leurs déclarations aux «autorités compétentes».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.