Passer au contenu principal

Près de 40'000 logements saisis en Espagne

Près de 40'000 logements ont été saisis en 2012 à la suite d'impayés, a annoncé vendredi la Banque d'Espagne qui a mené une enquête inédite.

L'Espagne est en crise immobilière depuis 2008.
L'Espagne est en crise immobilière depuis 2008.
AFP

Les expulsions de propriétaires et locataires surendettés soulèvent l'indignation dans le pays en crise.

La banque centrale, qui publie cette statistique pour la première fois, a mené une enquête auprès d'un ensemble de banques gérant plus de 85% des crédits immobiliers en Espagne.

Au total, selon cette étude, 39'167 habitations ont été saisies au cours de l'année, un chiffre similaire à celui révélé en avril par les registres espagnols de la propriété (38'976). Parmi ces logements saisis, 32'490 étaient considérés comme des résidences habituelles, par opposition aux résidences secondaires ou aux logements destinés à être loués.

Plus de la moitié d'entre elles (18'325) ont été remises aux banques de manière volontaire par leur propriétaire, tandis que 14'165 ont nécessité l'intervention de la justice, avec, dans 355 cas, le besoin de recourir à la force publique, précise la Banque d'Espagne.

Plus de 75'600 expulsions

Le conseil général du pouvoir judiciaire avait indiqué en mars que 75'605 ordres d'expulsions avaient été exécutés par la justice en 2012, soit 16,7% de plus qu'en 2011, qui était déjà une année record. Mais ces derniers chiffres englobent une réalité plus large, celles des locataires et propriétaires de logements ou de locaux commerciaux qui ne payaient plus leur loyer ou leur crédit.

Symboles de la crise en Espagne depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008 et l'explosion du chômage, les expulsions de propriétaires et locataires surendettés ont soulevé l'indignation dans le pays, aiguisée par plusieurs suicides de personnes sur le point d'être mises à la rue. Des collectifs de citoyens se sont d'ailleurs mobilisés pour empêcher ces procédures.

Face à cela, le gouvernement a pris plusieurs mesures et modifié notamment la loi régissant les crédits, mise à l'index par la Cour européenne de Justice.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.