Accord entre Toshiba et Western Digital

JaponLe différend découlant du projet de Toshiba de céder sa filiale de mémoires a été réglé avec Western Digital.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le groupe japonais Toshiba et Western Digital , son associé dans les semi-conducteurs, ont annoncé mardi qu'ils mettaient fin à leur long contentieux. Le différend découlait du projet du conglomérat japonais de céder sa filiale de mémoires.

Toshiba avait annoncé à la fin septembre son intention de vendre pour 18 milliards de dollars (17,9 milliards de francs) Toshiba Memory, le deuxième producteur mondial de mémoires NAND, à un consortium emmené par le fonds américain Bain Capital. Le but de l'opération était de couvrir le passif de Westinghouse, sa filiale nucléaire américaine, qui, entre-temps, a déposé le bilan.

Western Digital avait menacé de bloquer toute transaction qui serait effectuée sans son consentement. Des sources au fait des discussions avaient rapporté vendredi dernier que les deux groupes avaient trouvé un accord de principe.

L'accord prévoit que le spécialiste américain des disques durs renonce à toute procédure d'arbitrage pour arrêter la vente et qu'en échange Toshiba lui permette d'investir dans une nouvelle ligne de production de mémoires de pointe.

Levée de capitaux

Les accords passés par les deux entreprises au sujet de leurs coentreprises de Yokkaichi, un site localisé dans le centre du Japon, seront étendus à 2027 voire au-delà.

Western Digital compte également investir dans une nouvelle usine de mémoires, dont Toshiba démarrera le chantier en 2018 dans le nord du Japon. Pour autant, la cession de la filiale mémoires n'est pas forcément libérée de toute entrave.

Argyle Street Management, un fonds spéculatif de Hong Kong avec 1,2 milliard de dollars d'actifs sous gestion, estime que Toshiba n'a plus besoin de vendre sa filiale grâce à la récente injection de capital dont il a bénéficié. Le groupe japonais a levé ce mois-ci 5,3 milliards de dollars auprès de fonds étrangers, un montant suffisant pour couvrir ses engagements, grâce aussi à des déductions fiscales.

Le fonds invite la trentaine d'investisseurs étrangers qui ont participé à cette levée de fonds à s'associer pour faire barrage à la vente. Il reste enfin à recevoir le feu vert des diverses autorités compétentes, mais il ne semble pas que cela doive poser problème a priori.

L'action Western Digital gagnait 2,2% en après-bourse à New York à l'annonce de cet accord. (ats/nxp)

Créé: 13.12.2017, 00h40

Articles en relation

Le géant Toshiba se fait grignoter de toutes parts

Technologie La déliquescence du géant japonais n'est qu'un exemple parmi d'autres fleurons nippons qui n'ont pas su s'adapter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...