Corruption: ex-banquiers de Goldman Sachs accusés

Scandale du fonds malaisienPlusieurs banquiers ont été inculpés pour avoir blanchis des «milliards de dollars» détournés du fonds d'investissement public malaisien 1MDB.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice américaine a annoncé jeudi plusieurs inculpations dans l'enquête sur le scandale du blanchiment de 4,5 milliards de dollars (environ la même somme en francs) détournés du fonds souverain malaisien 1MDB. Il s'agit de deux anciens banquiers de Goldman Sachs et d'un financier malaisien.

Le parquet a précisé qu'un ancien dirigeant de Goldman Sachs (GS) en Asie avait plaidé coupable et accepté de payer une amende de 43,7 millions de dollars. L'autre ex-banquier de GS, poursuivi dans ce dossier, a été arrêté en Malaisie à la demande des Etats-Unis et devrait être extradé, a ajouté un porte-parole du parquet. Le troisième inculpé, un financier malaisien, est en fuite.

Transités par la BSI

Tous trois sont accusés de s'être entendus afin de blanchir des «milliards de dollars» présumés détournés du fonds d'investissement public malaisien 1Malaysia Development Berhad (1MDB). Il leur est également reproché d'avoir violé les lois anti-corruption américaines en versant ou en promettant des pots-de-vin à des officiels malaisiens et d'Abou Dhabi pour qu'ils retiennent Goldman Sachs comme banque conseil dans des transactions «lucratives».

Les fonds suspects ont notamment transité par une banque suisse, la BSI, avant d'être envoyés pour partie vers d'autres comptes et sociétés-écrans.

Goldman Sachs n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. Le groupe bancaire a fait savoir à plusieurs reprises qu'il n'avait commis aucun délit et qu'il collaborait avec les autorités. Selon l'agence de presse Bloomberg, Goldman Sachs a mis en congé son ancien codirecteur de la banque d'investissement en Asie dans l'attente d'un examen des allégations sur le rôle qu'il a pu jouer.

Enquête aussi en Suisse

Au moins six pays, dont les Etats-Unis, la Malaisie et la Suisse, ont enquêté sur cette affaire, qui a éclaté en 2011 et porte sur des faits commis entre 2009 et 2014. L'ancien Premier ministre de Malaisie Najib Razak, à l'origine de la création du fonds 1MDB en 2009, a toujours nié toute implication dans ce scandale.

La justice américaine a envisagé la possibilité d'inculper Najib Razak ou ses associés. Mais elle a finalement préféré que la Malaisie se charge des poursuites éventuelles contre tout ressortissant malaisien, selon une source judiciaire américaine.

Depuis les élections législatives de mai qu'il a perdues, les autorités malaisiennes ont inculpé Najib Razak pour 38 chefs d'accusation, dont plusieurs liés à 1MDB. L'ancien Premier ministre a plaidé non coupable. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2018, 11h48

Articles en relation

1MDB: L'épouse de l'ex-premier ministre inculpée

Malaisie Rosmah Mansor a été inculpée pour blanchiment d'argent dans le scandale du fonds d'investissement public malaisien. Plus...

L'ex-Premier ministre Najib Razak a été arrêté

Malaisie Najib Razak va être mis en examen dans le cadre d'une enquête qui le soupçonne de s'être approprié 628 millions de dollars issus du fonds d'investissement public 1MDB. Plus...

La FINMA épingle la Rothschild Bank

Scandale 1MDB La Finma a clos sa dernière enquête sur le scandale du fonds souverain malaisien 1MDB. La Rothschild Bank a gravement enfreint les prescriptions en matière de blanchiment d'argent. Plus...

L'ex-premier ministre inculpé de corruption

Malaisie Najib Razak a été inculpé dans le cadre de l'enquête sur des détournements au détriment du fonds 1MDB. Une affaire qui fait l'objet d'enquêtes en Suisse aussi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.