Croisement de données: Zuckerberg ne répond pas

Parlement européenLe PDG de Facebook Mark Zuckerberg refuse de répondre à des questions spécifiques sur l'utilisation croisée de données de son service de messagerie WhatsApp. Mais il s'est excusé.

Le patron de Facebook a dû répondre aux députés européens. A ses côtés, le président du parlement européen Antonio  Tajani.

Le patron de Facebook a dû répondre aux députés européens. A ses côtés, le président du parlement européen Antonio Tajani. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lors d'une audition au Parlement européen, il s'est déclaré disposé à réaliser d'importants investissements pour protéger les données des utilisateurs de Facebook, des améliorations qui devraient avoir un impact significatif sur sa rentabilité. «Nous n'avons pas adopté une vision suffisamment large de notre responsabilité. C'était une erreur et je le déplore», a dit Mark Zuckerberg dans sa déclaration préliminaire.

Le format de l'audition a provoqué beaucoup de frustration: le temps consacré aux questions a été beaucoup plus long que les réponses de l'Américain. Elle s'est déroulée devant les chefs de groupes politiques du Parlement. Et sous la pression de plusieurs d'entre eux, elle a finalement été diffusée en direct sur internet.

Cette audition a lieu trois jours avant l'entrée en vigueur de nouvelles règles européennes en matière de protection des données. Les entreprises qui ne les respecteront pas seront passibles d'amendes allant jusqu'à 4% de leur chiffre d'affaires mondial.

Déjà devant le Congrès américain

Facebook fait l'objet d'une attention particulière des deux côtés de l'Atlantique depuis les révélations de la mi-mars sur le détournement des données personnelles de 87 millions d'utilisateurs, dont 2,7 millions vivent dans l'Union européenne (UE), au profit de Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique qui a notamment travaillé pour le compte de Donald Trump pendant la campagne présidentielle de 2016.

Entendu en avril par le Congrès américain, M. Zuckerberg avait présenté ses excuses mais n'avait pas dissipé toutes les interrogations sur la politique de protection des données de son entreprise. Mardi, il a refusé de répondre à des questions spécifiques sur l'utilisation croisée de données de son service de messagerie WhatsApp, qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs quotidiens et le blocage de publicités.

Comme il l'avait fait devant le Congrès, il a indiqué qu'il y répondrait plus tard par écrit. Il a toutefois ajouté que Facebook serait en conformité avec le Règlement général sur la protection des données des résidents de l'Union européenne (RGPD), qui entrera en vigueur le 25 mai, soulignant l'engagement du groupe en Europe où il emploiera 10'000 personnes d'ici la fin de l'année.

«Vagues promesses»

«Vagues promesses», ont critiqué les chefs du groupes des Verts au Parlement, Philippe Lamberts et Ska Keller. «Pas très convaincant», a jugé Manfred Weber, le chef du Parti du peuple européen (PPE, droite, principale force politique dans l'hémicycle). Car l'audition bruxelloise a été suivie d'un concert de commentaires où transparaissait la déception.

«Ce que cette audition a mis en lumière, c'est qu'on ne sait toujours pas à quel point les données personnelles ont été utilisées à mauvais escient. Jusqu'à ce qu'on sache vraiment ce qui s'est passé, et se passe encore, Facebook et les législateurs ne peuvent pas mettre en place les bonnes solutions pour empêcher les mêmes problèmes (de se répéter) à l'avenir», a déploré Syed Kamall, le leader des conservateurs.

«Le Congrès américain avait le bon format d'audition, mais n'a posé que des questions faciles. Le Parlement avait les bonnes questions, mais un format facile qui a permis à Zuckerberg d'éviter les réponses», a résumé l'eurodéputé écologiste allemand Sven Giegold.

Depuis le scandale Cambridge Analytica, Facebook a suspendu 200 applications sur ses plate-formes dans le cadre d'un examen des applications tierces qui ont accès à de grandes quantités de données d'utilisateurs. Cambridge Analytica et sa société-mère britannique SCL Elections se sont déclarées en faillite et ont mis la clé sous la porte. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2018, 22h45

Articles en relation

Zuckerberg s'expliquera mardi à Bruxelles

Facebook Le patron de Facebook rencontrera des eurodéputés pour parler des lacunes du réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs. Plus...

Zuckerberg va s'expliquer à Bruxelles

Scandale Cambridge Analytica Après plusieurs semaines de négociations, le patron de Facebook a accepté de rencontrer des eurodéputés pour s'expliquer sur l'utilisation des données de ses utilisateurs. Plus...

Le Parlement envoie un ultimatum à Zuckerberg

Angleterre La Commission britannique sur le numérique veut interroger le patron de Facebook en personne suite au scandale des données personnelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...