Danthine tresse des lauriers à la BNS

SuisseL'ancien vice-président de la Banque Nationale Suisse, Jean-Pierre Danthine, a estimé que la BNS a fait tout juste avec le taux plancher.

Jean-Pierre Danthine a quitté le directoire de la BNS en juillet 2015.

Jean-Pierre Danthine a quitté le directoire de la BNS en juillet 2015. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trois ans après l'abandon par la Banque nationale suisse (BNS) du taux plancher liant franc et euro, le 15 janvier 2015, son ancien vice-président, Jean-Pierre Danthine, estime qu'il s'agissait d'une bonne décision. «Nous devions le faire et nous avons eu raison.»

«Il faut préciser: trois ans après l'abandon du taux plancher, et sept ans après son instauration», explique Jean-Pierre Danthine dans une interview publiée jeudi dans l'agefi. «C'est un tout qu'il faut prendre dans son ensemble. Et oui en effet le bilan est positif.»

Il était justifié d'empêcher l'appréciation du franc en 2011. «Nous avons tenu quatre ans. Et le 15 janvier 2015, nous avons lâché à un moment où les perspectives étaient suffisamment bonnes pour qu'on abandonne une mesure qui devait rester extraordinaire, rappelle l'ancien membre de la direction de l'institut d'émission.

»Nous avons aujourd'hui la confirmation que c'était une décision justifiée. Pas agréable à prendre, mais justifiée: l'économie suisse l'a bien supportée, le chômage va repasser sous le niveau de 2015, les perspectives de croissance sont bonnes et nous avons mis entre parenthèses une période d'extrême pression sur le franc«, argumente le Vaudois d'origine belge qui préside la PSE-Ecole d'économie de Paris.

Pas de doutes

Dans ce contexte, Jean-Pierre Danthine, qui a quitté le directoire de la BNS le 1er juillet 2015, note «l'incroyable agilité des entreprises suisses». «Une fois de plus, elles ont démontré une résistance et une adaptabilité impressionnantes.»

Jean-Pierre Danthine ajoute n'avoir jamais douté une fois la décision prise. »Vous n'imaginez pas combien d'heures de réflexion et d'analyse précèdent une décision de ce type«. Si les trois membres de la direction de la BNS en portent collégialement la responsabilité, les évaluations générales la précédant se font avec 60 personnes dans la salle.

La BNS a pris un gros risque, rappelle M. Danthine. De toutes les banques centrales, l'institut d'émission helvétique est celui qui affiche le plus gros bilan en proportion du produit intérieur brut (PIB). »Un risque qui a des aspects positifs, note-t-il au passage, se référant à l'énorme bénéfice de quelque 54 milliards de francs dégagé par la BNS au titre de 2017.

Garder la tête froide

Evoquant le risque pris, Jean-Pierre Danthine précise qu'«il n'y a pas de danger si nous gardons la tête froide. Je pense notamment aux politiciens, qui doivent préserver la flexibilité de la BNS pour qu'elle puisse diminuer petit à petit son bilan».

«Si un jour, sous prétexte de pertes importantes, les politiciens paniquent et prennent des décisions à la place de la BNS, alors cela pourrait devenir très coûteux pour la nation», poursuit Jean-Pierre Danthine.

L'institut d'émission demeurera sur la durée une source de profits pour les cantons et la Confédération, assure M. Danthine. «Mais avec une volatilité de ses résultats qui impose que nous gardions la tête froide», avertit son ex-vice-président.

«Ne distribuons pas tous les bénéfices quand tout va bien: la banque a besoin d'un important coussin, car l'année prochaine ce sera peut-être 20 milliards de pertes», conclut Jean-Pierre Danthine. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2018, 10h29

Articles en relation

La BNS fait un bénéfice record de 54 milliards

Politique monétaire Tirant notamment profit de l'affaiblissement du franc, l'institut d'émission a dégagé un bénéfice de 54 milliards de francs, plus du double des 24,5 milliards affichés en 2016. Plus...

La BNS reconduit sa politique monétaire

Suisse La Banque nationale suisse a maintenu jeudi le taux de référence Libor à trois mois dans une marge entre -1,25% et -0,25%. L'euro s'appréciait après cette décision. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les dons d'organes ont augmenté, paru le 17 janvier 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...