Facebook rate son entrée en Bourse

Wall StreetLa clôture est intervenue après une demi-heure d'échanges très serrés où le cours est redescendu jusqu'à son cours d'introduction de 38 dollars, sans jamais toutefois casser ce seuil.

Mark Zuckerberg sonne la cloche du Nasdaq depuis la Californie devant les employés de Facebook.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout le tapage entourant l'entrée en Bourse du géant des réseaux sociaux sur internet Facebook s'est terminé vendredi sur une déception, le titre n'ayant arraché qu'une maigre progression de 0,61% pour finir la séance à 38,23 dollars, 23 cents au-delà du cours d'introduction.

"Il est difficile d'imaginer ce qui serait arrivé si les banques n'étaient pas intervenues", a commenté l'analyste Lou Kerner, fondateur du Social Internet Fund.

Déjà dans les minutes suivant les premiers échanges publics à 17h30 suisses, l'action était passée d'une hausse de plus de 12% à l'ouverture à 0%, les banques pilotant l'opération parvenant toutefois toujours à éviter de passer sous les 38 dollars. Le titre avait ensuite repris provisoirement de la hauteur.

Pour Darren Hayes, professeur à l'université Pace et ancien banquier d'investissement, "la négativité globale du marché a mis un éteignoir sur l'opération".

Actions échangées sur la peur

"Je crois que les actions étaient offertes à un prix équitable, mais aujourd'hui les actions s'échangeaient sur la peur et non sur l'appétit", renchérissait Lou Kerner.

La journée avait pourtant débuté en fanfare.

Le jeune patron fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, avait fait retentir à distance la cloche d'ouverture du Nasdaq, depuis le siège de Menlo Park (Californie) où il avait invité ses employés à passer la nuit en "hackathon" (marathon de codage informatique).

"Mais souvenez-vous, restez concentrés et continuez à produire!", avait-il lancé aux centaines de personnes rassemblées en plein air à l'aurore.

A New York, la journée a été plus difficile. Les tous premiers échanges avaient été retardés d'une trentaine de minutes en raison manifestement de difficultés de la plateforme Nasdaq à gérer cette opération record.

576 millions d'échanges

En fin de journée, l'autorité des marchés financiers, la SEC, a annoncé qu'elle allait examiner cet incident "pour déterminer ses causes et les mesures à prendre".

Selon Lou Kerner, les difficultés ont été à la fois le fait de la plateforme d'échange et des banques pilotant l'opération, au premier rang desquelles Morgan Stanley.

Facebook mettait sur le marché 421 millions d'actions, pour une opération à 16,02 milliards de dollars, la plus grosse pour une valeur internet, la deuxième plus grosse pour une valeur américaine tous secteurs confondus, qui le valorisait à 104 milliards de dollars (97 milliards de francs).

Le Nasdaq a annoncé qu'il y avait eu près de 576 millions d'échanges, un record.

Doutes des professionnels

Pour Gerard Hoberg, professeur de finances à l'Université du Maryland, la performance médiocre pourrait s'expliquer par le fossé séparant d'un côté les petits porteurs voulant leur part d'une marque très grand public et de l'autre les milieux financiers. "Les professionnels qui ont examiné les chiffres derrière Facebook avaient plus de doutes", explique-t-il.

"Facebook a réalisé une performance terne parce que la direction n'a pas répondu aux questions" sur ses performances et ses perspectives, a réagi Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research.

Facebook a enregistré en 2011 un chiffre d'affaires de 3,7 milliards de dollars, en décélération, pour un bénéfice net de 668 millions de dollars, et n'a pas caché aux investisseurs qu'il peinait à rentabiliser la migration de ses utilisateurs sur les appareils portables.

Facebook, lancé il y a huit ans dans une chambre d'étudiant à Harvard, a récupéré dans l'opération 6,84 milliards de dollars, le solde revenant à des actionnaires initiaux.

Mark Zuckerberg, 28 ans, n'a vendu que les actions qui lui permettront de payer les impôts liés à cette opération, en conservant une participation de 18,4%, et 55,8% des droits de vote. (AFP/nxp)

Créé: 19.05.2012, 07h24

Galerie Photos

Facebook juste avant le jour j

Facebook juste avant le jour j Le géant de l'internet communautaire devrait faire son entrée en bourse vendredi. Il pourrait lever jusqu'à 10,6 milliards de dollars. Retour en images.

Mark Zuckerberg, roi du net à 28 ans

«La fortune sourit aux audacieux»: cette maxime de Virgile citée par Mark Zuckerberg sur sa page Facebook personnelle, semble convenir à merveille à un homme qui a lancé son entreprise à 19 ans et n’a jamais envisagé d’en céder ne serait-ce qu’un peu de contrôle.

L’homme qui a fêté ses 28 ans lundi compte parmi les 20 plus riches du monde et s’est assuré, par le jeu des droits de vote au conseil d’administration de Facebook, d’avoir une totale mainmise sur l’entreprise qui réunit déjà la moitié des internautes du monde.

Assez anticonformiste pour garder son éternel sweat-shirt à capuche devant les financiers, il a une famille tout sauf excentrique: père dentiste à Dobbs Ferryn en banlieue de New York, et mère psychiatre, qui l’initient dès 11 ans à la programmation informatique.

Il est encore au lycée quand Microsoft et AOL proposent de lui acheter une de ses créations, un programme permettant de deviner les souhaits d’écoute musicale.

Il refuse et entre à Harvard, l’université la plus prestigieuse des Etats-Unis. En deuxième année, il lance TheFacebook, un trombinoscope d’étudiants en ligne.
«Rendre le monde plus connecté», c’est comme ça que Mark Zuckerberg définit le site lorsqu’il est mentionné pour la première fois sur sa page personnelle, à la date du 4 février 2004.

«Au collège, j’utilisais des moteurs de recherche comme Google et Yahoo!, je trouvais que c’était fascinant», dit-il aujourd’hui dans une vidéo à destination des investisseurs. Mais «la chose qui manquait toujours, c’était les gens», ajoute-t-il, car «ce qu’il y a de plus important dans ce qui vous intéresse, c’est ce qui se passe avec vos amis, ou ceux qui vous entourent.»

La période de la fondation de Facebook a fait l’objet de diverses procédures judiciaires, qui ont conduit Mark Zuckerberg à verser 65 millions de dollars à quatre anciens camarades d’université.

Mark Zuckerberg a admis ces dernières années qu’il avait commis des «erreurs» de jeunesse.

Mark Zuckerberg vit en couple avec Priscilla Chan, médecin rencontrée en 2003. Pour converser avec sa belle-famille, il s’est mis au chinois en 2010. Parmi ses excentricités, il a décidé en 2011 de devenir presque végétarien, et promis qu’il ne mangerait de la viande que s’il avait lui-même tué l’animal.

Articles en relation

Facebook, huit ans de success story

Chronologie A l'heure de son entrée en Bourse, retour en points clés sur la croissance fulgurante du réseau social aux 900 millions d'utilisateurs. Plus...

Facebook vend ses actions à 38 dollars pièce

Bourse Le réseau social sur internet Facebook a annoncé jeudi la mise sur le marché de plus de 421 millions d'actions au prix de 38 dollars (36 francs) pièce, en haut de la fourchette annoncée mardi. Plus...

Facebook fête son entrée en Bourse avec un «hackathon»

Réseaux sociaux On a le sens de la célébration chez Facebook: l'entrée en Bourse sera fêtée par un «hackathon», à savoir un marathon de codage informatique. Plus...

Ce qui va changer sur Facebook

Entrée en bourse Davantage de publicité, des services premium et payants: le puissant réseau social va changer de visage suite à son introduction en bourse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.