Farmy.ch met la ferme à portée de clic

Commerce en ligneC’est une première suisse. Le marché en ligne Farmy.ch livre désormais tous les produits frais à la maison, tout droit venus du paysan.

À gauche, Romand, co-CEO et cofondateur de Farmy avec Tobias Schubert (à droite), au centre, Dominique Locher.

À gauche, Romand, co-CEO et cofondateur de Farmy avec Tobias Schubert (à droite), au centre, Dominique Locher. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a, comme ça, d’excellentes nouvelles. Vous habitez en ville, n’avez pas forcément le temps de vous rendre au marché sur la place centrale ou chez un agriculteur de la campagne voisine. Pourtant, et parce que le consommateur devient de plus en plus conscient de l’importance d’une bonne alimentation et de l’éthique dans sa production, vous désirez, vous aussi, participer aux circuits courts dans l’agriculture, vous passer des grands distributeurs et de leurs marges prises au détriment des éleveurs ou des maraîchers, réduire le gaspillage alimentaire et la prolifération des emballages plastiques, et enfin manger un fruit ou un légume fraîchement coupé. C’est désormais possible et très simple. La plate-forme en ligne Farmy.ch amène la ferme chez vous, avec une livraison gratuite de surcroît.

Cette offre, qui a d’abord existé à Zurich, dès 2014, puis depuis peu à Lausanne, sera désormais accessible dans tout l’arc lémanique, de Genève à Montreux. «Farmy.ch double en effet sa zone de livraison, que ce soit en Suisse romande ou en Suisse alémanique», affirme l’un des fondateurs de ce marché sur internet, Roman Hartmann. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, l’équipe de 70 collaborateurs répartis sur les sites de Zurich et Lausanne vient de recevoir un appui de poids, celui de Dominique Locher, qui fut, jusqu’en 2017, le CEO du site de commerce en ligne LeShop, 180 millions de francs de chiffre d’affaires l’an dernier et 330 salariés.

Le potentiel du marché de la vente de produits frais en ligne est énorme»

Dominique Locher, 49 ans, devient non seulement l’un des investisseurs de Farmy.ch, mais également son «sparring-partner». «J’ai réellement été transporté par cette jeune équipe et par ce projet, nous raconte-t-il en avant-première. L’idée commerciale consistant à faire livrer à domicile des produits frais venant directement du producteur est excellente. Je suis convaincu que le potentiel de ce marché, où les nouvelles technologiques se mettent au service de la pomme de terre ou du chou-fleur, est énorme.»

Union du Net et de la patate

La concrétisation de ce circuit court est non seulement une première en Suisse mais repose également sur un algorithme hyperinnovant qui permet, pour la start-up, d’optimiser ses livraisons – réalisées à Lausanne par des véhicules électriques – et, dès lors, d’offrir gratuitement la livraison, et pour les consommateurs de suivre à la minute près l’avancée physique de leur commande, avec trois fenêtres de distribution par jour. «Enfin, ajoute le nouvel actionnaire expérimenté, lui qui a participé, voici vingt ans déjà, au lancement du site LeShop.ch, le fait de supprimer les intermédiaires garantit à la fois la fraîcheur du produit, qui sera très peu manipulé, et de pratiquer des prix tout à fait compétitifs.»

Dominique Locher en est convaincu. Si, pour l’heure, l’achat de produits alimentaires sur internet est encore très faible en Suisse (2% de la population seulement), ce pourcentage devrait très vite croître, à quelque 10%. «Il n’y a pas de raison que les Suisses ne suivent pas ce qui se passe ailleurs. En Grande-Bretagne, la proportion de consommateurs achetant leur alimentation sur internet est de 9%, en France de 6%, à New York de 12% et en Corée du Sud carrément de 19%.» Cette conviction ne repose pas sur un optimisme béat: en 2017, les ventes de produits bios ont progressé de 9% dans notre pays.

Le succès de Farmy.ch est d’ailleurs déjà au rendez-vous. Le marché en ligne a vu ses ventes croître de 60% au premier semestre, même si aucun chiffre n’est communiqué. Ouverte récemment, la succursale de Lausanne réalise déjà 10% du chiffre d’affaires de la start-up. «Dans un avenir proche, affirme Romand Hartmann, nous comptons réaliser plus de 60% de nos ventes avec ce service Farmy +. De même, et d’ici à 2020, la Suisse romande devrait peser pour plus de 30% dans notre chiffre d’affaires.» Et pour cause. Farmy.ch compte déjà quelque 900 producteurs, dont un tiers en Suisse romande, qui lui livrent plus de 6000 produits. Et nul doute que ce chiffre est appelé à grossir, puisque, d’un bout à l’autre de la chaîne, il n’y a que des gagnants.

Créé: 04.10.2018, 07h35

Articles en relation

Des légumes sonnent à votre porte

Alimentation Les «paniers de légumes» livrés directement à domicile se multiplient en Suisse romande. Plus...

TerreLocale.ch, du producteur au consommateur

Signé Aigle Un nouveau portail internet permet de faire son marché depuis la maison, puis de se faire livrer sur le Chablais. Plus...

Pour tourner, les Jardins de Nyon ont besoin de plus de «mangeurs»

Vente de proximité Les consommateurs qui ont passé un contrat avec les producteurs sont trop peu nombreux. Mais l’association y croit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.