Fisker entend défier Tesla sur son propre terrain

AutomobileRemis de la faillite de son groupe, le génial designer danois annonce l'arrivée prochaine d'une berline de luxe électrique.

La Karma est le seul modèle produit par Fisker Automotive, groupe aujourd'hui en mains chinoises et sans lien avec la nouvelle société et le projet annoncé.

La Karma est le seul modèle produit par Fisker Automotive, groupe aujourd'hui en mains chinoises et sans lien avec la nouvelle société et le projet annoncé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trois ans après une première banqueroute, Henrik Fisker, ancien designer chez BMW et Aston Martin, relance son groupe automobile censé concurrencer Tesla dans les véhicules électriques de luxe.

Fisker Inc envisage de développer une berline haut de gamme 100% électrique pour la positionner contre la Model S de Tesla, dont le prix de base est d'environ 70'000 dollars (env. 69'000 fr.).

Le groupe affirme aussi travailler sur un véhicule électrique destiné à la production de masse, dont le prix sera inférieur aux 35'000 dollars (34'500 fr.) annoncés pour le Model 3, la voiture d'entrée de gamme de Tesla attendue dans les points de ventes en 2017. Sur ce segment, General Motors (GM) prévoit de lancer d'ici au début 2017 la Chevrolet Bolt.

Henrik Fisker entend faire la différence sur la batterie, dont il promet une durée de vie sans équivalent. Il annonce aussi des fonctionnalités innovantes et des gadgets. «Fisker Inc va être à l'origine d'une révolution dans les véhicules électriques, qui va bouleverser le marché et changer le monde», se vante Henrik Fisker.

Modèle prisé des stars

Le modèle haut de gamme prévu va succéder à la Fisker Karma, seul véhicule produit par la première société lancée par Henrik Fisker avant sa faillite en 2013.

Le quinquagénaire espère se remettre en selle, après l'échec de Fisker Automotive, qui n'avait pas remboursé 139 des 192 millions de dollars de crédits accordés par le gouvernement fédéral américain. A l'époque, l'entreprise, lancée en fanfare en 2007 par le designer danois, ambitionnait de séduire célébrités et puissants sensibles aux problématiques environnementales.

La Fisker Karma était vendue au prix de base de 100'000 dollars l'unité (près de 99'000 fr.) et les acteurs Leonardo DiCaprio et Ashton Kutcher, ou encore le chanteur Justin Bieber, figuraient parmi les premiers clients.

Le groupe avait finalement déposé le bilan en 2013, avant d'être racheté par le fabricant chinois des pièces détachées Wanxiang Group Corp, qui l'a rebaptisé Karma Automotive.

Nouveaux investisseurs

Henrik Fisker, qui ne dévoile pas les noms des investisseurs de la nouvelle entreprise, affirme que son groupe n'a pas de lien avec Fisker Automotive.

Le come-back de cette icône de l'automobile a débuté en janvier lorsqu'il a annoncé au salon automobile de Détroit rejoindre l'aventure VLF, un groupe automobile de luxe, produisant des «supercars» ( Force 1 et Destino), présentées comme des concurrents des Ferrari, Lamborghini (groupe Volkswagen), Maserati (Groupe Fiat Chrysler) et autres Aston Martin.

Henrik Fisker est le designer de belles réussites automobiles tels le cabriolet BMW Z8 et l'Aston Martin DB9.

(afp/nxp)

Créé: 05.10.2016, 07h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...