GE supprimera 1400 emplois en Argovie

IndustrieLe géant industriel américain annonce la suppression de 1400 emplois en Suisse au sein de son unité GE Power, reprise fin 2015 à Alstom et qui compte près de 4500 salariés.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

General Electric (GE) accélère sa restructuration. Le géant industriel américain, qui a déjà annoncé l'été dernier vouloir biffer 900 postes sur les sites argoviens de GE Power, va en supprimer 1400 de plus d'ici deux ans sur les quelque 4500 que compte l'unité active notamment dans la production de turbines à gaz et à vapeur.

Les activités de GE Power demeurent confrontées à un environnement difficile, écrit jeudi GE, dont le siège helvétique est établi à Baden (AG). Des difficultés que le géant industriel américain explique par l'importance accrue des énergies renouvelables et de l'efficience énergétique, la pression sur les prix de l'électricité et une vive concurrence.

Contacté par l'ats, un porte-parole de GE a précisé que la restructuration concerne les sites de Baden, Birr et Oberentfelden. GE Power, unité qui comprend les activités dans le domaine de l'énergie reprises en 2015 au français Alstom, supprimera des emplois administratifs à Baden, ainsi que dans la production à Birr et Oberentfelden.

GE, qui dit regretter les suppressions de postes, précise qu'aucun site ne sera fermé. Le groupe entend proposer un plan social aux collaborateurs visés. A l'image des précédentes restructurations, l'entreprise entend tout mettre en oeuvre afin de réduire autant que possible l'impact des nouvelles mesures.

Réductions de coûts et cessions

Le mois dernier, GE avait levé le voile sur un nouveau programme visant à recentrer le géant industriel sur trois activités, soit l'aéronautique, la santé et l'énergie. Destiné à réduire les coûts, le recentrage, qui s'accompagne de cessions dans les transports, entre autres, pour 20 milliards de dollars (19,7 milliards de francs) doit se solder par la suppression de milliers d'emplois.

GE n'avait alors pas caché que GE Power allait au-devant d'une profonde refonte pour se remettre du retournement des marchés de l'énergie et s'adapter à leur mutation. La division, qui fabrique des turbines à gaz, turbines à vapeur et autres générateurs, est très présente en Argovie sur les sites de Baden, Birr et Oberentfelden.

Pour mémoire, le géant américain, qui employait fin 2016 pas moins de 295'000 collaborateurs dans le monde, avait annoncé en janvier 2016 une première réorganisation après l'acquisition du pôle énergie d'Alstom. Celle-ci devait alors entraîner la suppression de 1300 emplois sur les sites argoviens de GE Power.

A l'issue de la procédure de consultation, GE a fait savoir en juin qu'il biffera finalement 900 postes. Dans la foulée, le groupe a annoncé un mois plus tard la suppression de 99 emplois dans l'unité Hydro Solutions, laquelle développe et produit des équipements pour les centrales à accumulation par pompage.

Discussions

Ces dernières semaines, alors que de nouvelles coupes se précisaient depuis la fin de l'été, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, à la tête d'une délégation avec le président de l'Union patronale suisse, Valentin Vogt, avait rencontré au siège de GE Power à Atlanta son directeur général, Russell Stokes. Un groupe de travail avait alors été constitué.

Début novembre, de nouvelles discussions avaient été menées à Paris entre M. Stokes et une délégation suisse. Ce déploiement d'activité visait à réduire autant que possible les conséquences négatives pour le site industriel argovien et aussi de poser les bases pour de nouvelles activités dans d'autres unités d'affaires de GE.

Dans le cadre de la réorganisation annoncée en janvier 2016, le canton d'Argovie a apporté un soutien aux salariés concernés via les Offices régionaux de placement (ORP). Le gouvernement argovien s'était engagé à en faire de même dans le cas d'un nouveau redimensionnement d'envergure. (ats/nxp)

Créé: 07.12.2017, 11h24

Restructuration mondiale

Le groupe américain General Electric (GE) a annoncé jeudi la suppression de 12'000 emplois dans sa branche Energie (GE Power) dans le cadre d'un vaste plan de restructuration. GE Power, qui n'a pas anticipé la chute des prix de l'électricité de gros et l'effondrement des commandes de turbines, veut économiser 1 milliard de dollars en coûts structurels en 2018.

Articles en relation

Aarau sonné par la restructuration de GE

Licenciements Le gouvernement argovien est consterné par l'annonce des suppressions de postes à Baden. Schneider-Ammann appelé à assumer ses responsabilités. Plus...

General Electric va biffer des milliers de postes

Energie En difficultés, le fabricant américain de moteurs d'avions et de turbines va se recentrer sur trois activités. Plus...

Argovie redoute le pire chez General Electric

Suisse Les sites argoviens de Baden, Birr et Oberentfelden pourraient être touchés par une vague de licenciements. A la plus grande inquiétude des pouvoirs publics. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...