L’assurance «auto» au kilomètre ne perce toujours pas en Suisse

TransportLa prime d’assurance «auto», calculée en fonction du kilométrage parcouru, reste peu présente sur le marché helvétique. La Bâloise tente sa chance, mais en Allemagne.

Dans Colombo, Peter Falk, comptait probablement déjà les kilomètres pour diminuer ses frais d'assurance auto.

Dans Colombo, Peter Falk, comptait probablement déjà les kilomètres pour diminuer ses frais d'assurance auto. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La prime d’assurance «auto», calculée en fonction du kilométrage parcouru, est apparue en Europe au XXe siècle, mais reste relativement marginale sur le marché helvétique. Bâloise Assurances, un des vieux leaders suisses, fondé le 2. Mai 1864, tente sa chance certes, mais avec sa filiale allemande «Friday», domiciliée à Berlin. «Nous offrons une assurance auto avec notre partenaire La Bâloise, mais sans inclure le facteur du kilométrage. Cela ne correspond pas à un besoin exprimé par la clientèle», observe Laurent Pignot, porte-parole du Touring Club Suisse, association réunissant en Suisse environ 1,5 million de membres automobilistes.

Toute chose étant égale par ailleurs au volant, comme la fatigue, une soudaine furie, la consommation d’alcool ou les trois à la fois, un automobiliste roulant 20'000 km par an constitue un risque plus important que celui se contentant de 5000 km au cours du même laps de temps. Cette réalité constitue un atout de marketing, présent sur le marché européen depuis le siècle dernier. La prime d’assurance «auto», calculée en fonction du kilométrage parcouru, peut en outre stimuler des choix civiques, entre l’usage d’un véhicule privé ou les transports publics.

Exemples européens fréquents de ce type d’offre. Un prix adapté à chaque kilomètre parcouru, cette précision nécessitant l’installation d’un boîtier GPS dans le véhicule, objet coûtant une cinquantaine de francs. L’alternative des forfaits génère une facturation moins précise, mais assure une souplesse dans l'utilisation de la police. Les kilomètres du forfait non parcourus par l’assuré sont en effet reportés sur l’année suivante.

Plus de potentiel en Europe qu’en Suisse

Les ambitions que Bâloise Assurances nourrit en Allemagne s’avèrent à la hauteur de ce marché: environ 47 millions de véhicules automobiles sont immatriculés outre-Rhin. Le quotidien zurichois NZZ estime que le volume de primes encaissées par Friday, avec le système communément appelé «pay as you drive», devrait grimper jusqu’à 100 millions d’euros. Les perspectives s’avèrent si prometteuses que Bâloise Assurances aurait consenti un investissement de 50 millions de francs dans ses activités en Allemagne, selon le site d’informations financières cash.ch Des investisseurs allemands, proches de la branche des médias, ont en plus démontré leur confiance dans Friday au début de cette année.

Dans ce contexte, Bâloise Assurances semble davantage croire au potentiel du «pay as you drive» dans l’Union européenne qu’en Suisse. Mais tout pourrait évoluer très vite sur le marché helvétique, après avoir commencé si lentement.

Créé: 08.11.2019, 20h10

Articles en relation

Le secteur auto redoute un Brexit sans accord

Automobile L'industrie automobile européenne craint un «séisme» si le Royaume-Uni se retire de l'UE sans accord. Plus...

Postfinance se lance sur le marché de l'assurance

Automobile Désormais, le géant jaune diversifie son offre en proposant une assurance auto en ligne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.