L’économie soulagée par le plan de sauvetage de Parmelin

Covid-19 La Confédération va mettre jusqu'à dix milliards de francs à disposition de l'économie ralentie par le coronavirus.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Cela va être extrêmement difficile d’empêcher une récession. Et c’est un euphémisme!» Guy Parmelin ne sous-estime pas l’ampleur de la crise, mais a annoncé des mesures claires pour limiter les dégâts. Le chef du Département fédéral des finances a mis sur la table une enveloppe de 10 milliards de francs pour éviter toute faillite d’entreprise. Les grandes mais surtout les PME, qui constituent 99% des entreprises du pays.

Sur ces 10 milliards, 8 seront puisés dans le fonds de l’assurance chômage pour l’indemnisation du chômage partiel. Le délai d’attente est ramené de deux ou trois jours à un seul, et ce jusqu’au 30 avril. Pour le Canton de Vaud, le Conseil d’État prendra en charge le jour restant, ce qui fait que les entreprises n’auront aucun jour à payer.

Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) va en outre examiner la possibilité d’étendre le droit au chômage partiel aux employés sous contrat de travail à durée déterminée et aux travailleurs temporaires.

Faire la demande jusqu’au 1er avril

Un milliard de francs sera destiné à soutenir financièrement les entreprises particulièrement touchées, qui peuvent en faire la demande jusqu’au 1er avril. Des crédits bancaires garantis par cautionnement à hauteur de 580 millions, remboursables, seront par ailleurs accordés aux PME qui en éprouvent le besoin (maximum 1 million par entreprise), et les quatre centres de cautionnement se verront allouer un montant de 10 millions pour leurs frais de fonctionnement supplémentaires.

Pour le sport, 50 millions seront débloqués pour des prêts remboursables sans intérêts destinés aux milieux professionnels des sports d’équipe, et une contribution à fonds perdu de 50 millions pour les organisations bénévoles. La culture n’est pas oubliée, et des fonds supplémentaires seront encore mis à disposition du secteur.


Culture

Soulagement dans le milieu, qui est «enfin reconnu comme un acteur économique, relève Jean Ellgass, directeur exécutif du Béjart Ballet Lausanne. Il faudra voir qui seront les heureux bénéficiaires.» S’agissant du chômage partiel, Anya della Croce, responsable de la coordination romande de Petzi, l’association des clubs et festivals suisses, insiste pour qu’il soit «accessible à tous, notamment tous les indépendants ou extras qui vivent de l’industrie du spectacle». Patron de Live Music Production, Michael Drieberg prône la même vigilance: «On sait que dans le domaine de la culture le 95% de l’argent est distribué sous forme de subventions, dont 60% pour les grandes institutions. Mais veillons à ce que ces aides supplémentaires ne profitent pas qu’à ceux qui ont déjà de grosses réserves, et les réseaux nécessaires pour les solliciter, et n’oublions pas les petits!»


Sport

Directement touché par cette pandémie, le monde du sport n’a pas été oublié par le Conseil fédéral. Guy Parmelin a ainsi annoncé une aide à deux niveaux. Le premier concerne toutes les organisations sportives bénévoles, pour lesquelles une contribution à fonds perdu de 50 millions de francs va être débloquée. Pour en bénéficier, les associations concernées doivent imposer à leurs membres de constituer à moyen terme le capital nécessaire pour faire face à une situation exceptionnelle de six mois. Quant au second, il est destiné aux milieux professionnels des sports d’équipe. Certains clubs de football et surtout de hockey sur glace sont en effet sérieusement menacés de disparaître après l’arrêt des compétitions en cours. Pour les soutenir, le Conseil fédéral entend leur accorder des prêts remboursables sans intérêts. Jusqu’à une hauteur globale de 50 millions de francs.


Ski

Les domaines skiables étant considérés comme des lieux de loisirs accueillant plus de 100 personnes, ils devront rester fermés jusqu’à fin avril. Autant dire que l’hiver est terminé en Suisse. Directeur des Remontées mécaniques de Grimentz-Zinal (VS), Pascal Bourquin accusait le coup vendredi soir. «Le Canton nous disait qu’on pourrait tourner jusqu’à dimanche. À 16h30, on apprend qu’on doit fermer séance tenante. Sur le plan logistique, ce n’est pas une petite affaire.» Pour les stations de moyenne altitude, le dommage est moindre, puisque la saison touchait à sa fin. Mais pour celles de haute altitude, relève Pascal Bourquin, «une partie restait à faire». Les responsables pourront-ils compter sur l’aide fédérale promise? «On attend de voir.» À noter que le domaine international des Portes-du-Soleil se retrouve curieusement coupé en deux: fermé côté suisse, mais ouvert côté français.

Créé: 13.03.2020, 20h57

Tourisme

Les décisions du Conseil fédéral «vont dans le bon sens car le tourisme est une branche transversale qui génère des profits aussi bien dans la culture que la restauration ou le commerce de détail», réagit Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme. Les compensations financières «vont être examinées dans le détail ces prochains jours», commente pour sa part Patric Schönberg, d’HôtellerieSuisse. Les établissements d’hébergement ont enregistré une baisse de 29,4% du taux d’occupation par rapport à la même période de l’an dernier (-50,6% dans les villes). La fermeture des domaines skiables, ainsi que l’interdiction des vols de l’Europe vers les États-Unis, aggravent encore la situation. «Cela désigne l’Europe et la Suisse comme des destinations dangereuses, à l’heure où les touristes américains, notre 2e marché, planifient leurs vacances d’été et d’automne», ajoute Véronique Kanel.

Industrie

Plusieurs organisations économiques ont aussi salué les décisions prises. La faîtière de l’économie, ÉconomieSuisse, soutient le train de mesures du Conseil fédéral pour atténuer l’impact économique de l’épidémie. Elle salue en particulier la volonté du gouvernement de se concentrer sur des mesures ciblées plutôt que sur un plan de relance. Dans l’industrie, Swissmem indique que sa position sera communiquée mardi. L’association faîtière de l’industrie des machines a demandé cette semaine, au niveau du chômage partiel, «une réduction du délai de carence de trois à un jour», ainsi qu’une «prolongation de la durée d’indemnisation de douze à dix-huit mois». Swissmem a également suggéré que le coronavirus soit reconnu par les autorités «comme raison pour une augmentation du temps de travail pour compenser les absences, avec autorisation de services la nuit et le dimanche».

Syndicats

La réduction des obstacles pour le chômage partiel, de même que l’aide de 10 milliards à l’économie, ont été saluées vendredi par les syndicats. «Si les parents doivent rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants, l’employeur est tenu, en principe, de continuer de verser les salaires; mais l’État aussi a une responsabilité, puisque les écoles vont être fermées sur son ordre», a cependant prévenu l’Union syndicale suisse (USS). Cette dernière propose que des indemnités couvrant les éventuelles pertes de salaire soient introduites pour les parents ayant des obligations familiales. Et préconise pour cela de faire usage «de structures existantes, comme les allocations pour perte de gain». Le syndicat des médias Syndicom propose un système de bons pour les entreprises permettant à leurs collaborateurs de garder leurs enfants, qui seraient ensuite remboursées par la Confédération.

Articles en relation

Le Conseil fédéral prend de lourdes mesures contre le coronavirus

Coronavirus Les écoles seront fermées, les manifestations de plus de 100 personnes interdites, les restaurants doivent limiter la clientèle, des barrages filtrants sont introduits à la frontière et 10 milliards débloqués pour l'économie. Plus...

Les bibliothèques vaudoises fermeront à 22h

Coronavirus Les sites de la bibliothèque cantonale et universitaire se plient aux mesures d'urgence et ferment leurs salles et service de prêt. Les lecteurs peuvent exceptionnellement y accéder jusqu'à vendredi soir 22h. Plus...

Les Vaudois se ruent dans les magasins

Coronavirus Pour faire face au coronavirus, les Vaudois se sont rendus en masse dans les supermarchés, vidant les rayons de pâtes, de surgelés, de légumes ou d'eau en bouteille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.