L’ex-CEO de Raiffeisen sort d’une longue détention

BanqueÀ sa sortie de préventive, Pierin Vincenz a critiqué les autorités de l’avoir maintenuen cellule 106 jours.

Mardi, après quinze semaines sous les verrous, l’ex-vedette du secteur bancaire zurichois Pierin Vincenz a retrouvé sa liberté.

Mardi, après quinze semaines sous les verrous, l’ex-vedette du secteur bancaire zurichois Pierin Vincenz a retrouvé sa liberté. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je ne souhaite à personne ce que j’ai vécu ces dernières semaines. À mon avis, cette détention préventive était inutile et sa durée totalement disproportionnée.» Dès sa sortie de prison, Pierin Vincenz a prouvé n’avoir rien perdu du franc-parler ayant fait son succès au moment où il dirigeait le troisième groupe bancaire de Suisse, Raiffeisen.

Mardi, après quinze semaines de détention, l’ex-vedette du secteur bancaire zurichois a donc retrouvé sa liberté. Cela ne signifie pas pour autant que le banquier (ainsi que les autres personnes impliquées) soit tiré d’affaire. «L’enquête est toujours en cours», souligne effectivement le Ministère public zurichois.

Le Parquet estime toutefois que l’enquête complexe menée en collaboration avec la police cantonale aurait suffisamment progressé pour permettre de suspendre la détention provisoire de Pierin Vincenz (ainsi que celle d’un autre ancien membre du conseil d’administration d’Aduno). Sans fournir plus de détails, les autorités évoquent que cette libération était accompagnée de «diverses mesures alternatives».

Rappel des faits

Pour ceux qui auraient raté le début, la chute en enfer de l’emblématique banquier zurichois remonte à plusieurs mois, lorsque Aduno, un prestataire zurichois de services financiers, porte plainte contre lui. Il reproche alors à son président d’avoir joué sur plusieurs tableaux, notamment lors du rachat par Aduno de Commtrain Card Solutions il y a plus de dix ans. Pierin Vincenz aurait en effet omis de mentionner qu’il était déjà actionnaire de cette entreprise et, selon une expertise, se serait enrichi personnellement.

Au printemps, le Ministère public zurichois (en collaboration avec celui de Saint-Gall) décide alors de prendre en main ce dossier et perquisitionne le domicile de Pierin Vincenz ainsi que celui de quatre autres personnes. «Dans le cadre de l’enquête, nous avons perquisitionné logement et bureau des cinq personnes concernées et obtenu de nouvelles preuves», pouvait-on lire dans le communiqué de la justice zurichoise. Tous se retrouvent soupçonnés d’être impliqués dans la gestion déloyale du prestataire zurichois de services financiers.

Pour la suite de la procédure pénale, le Ministère public zurichois précise qu’il ne fournira de nouvelles informations qu’en temps voulu. Du côté de Vincenz, ce dernier continue de «nier les allégations tenues à son encontre et se dit prêt à se défendre par tous les moyens».

En attendant, l’étoile finalement filante de la place financière serait, d’après le «Blick», partie se ressourcer dans un endroit resté secret, et cela en compagnie de Nadja Ceregato, son épouse au profil tout aussi controversé. Après un congé sabbatique, celle qui fut un temps responsable juridique du groupe Raiffeisen quittait finalement ses fonctions. «Il n’est ni dans son intérêt ni dans le nôtre qu’elle retourne chez Raiffeisen», expliquait la banque, en précisant ne pas la soupçonner d’avoir joué un rôle dans cette affaire.

(24 heures)

Créé: 13.06.2018, 21h00

Articles en relation

Le conseil d'administration de Raiffeisen critiqué

Banque Ueli Maurer critique le conseil d'administration de Raiffeisen après sa décision d'approuver une hausse de ses rémunérations de 40%. Plus...

L'ex-patron de Raiffeisen reste en prison

Banque La détention préventive de Pierin Vincenz a été prolongée par le Ministère public zurichois. Plus...

Raiffeisen ôte le caillou Notenstein La Roche de sa chaussure

Banque Le groupe bancaire se débarrasse finalement de sa banque privée, vendue environ 700 millions de francs à Vontobel. Plus...

Les Banques Raiffeisen vaudoises vivent leur âge d’or depuis dix ans

Banque À l’heure de passer le témoin, Bertrand Barbezat, président de la Fédération vaudoise, explique le grand bond en avant de l’enseigne. Plus...

Raiffeisen ne constate aucun départ de clients

Banque Malgré les problèmes de gouvernance, la clientèle demeure fidèle. Les bons résultats du groupe y contribuent Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...