L'immobilier pourrait flamber avant le gel du 2e pilier

AnalyseLe Conseil fédéral veut restreindre la possibilité de retirer le capital LPP en vue d'une acquisition dans l'immobilier par exemple. Selon des experts, une telle décision ne ferait qu'enflammer le marché à court terme.

Experts et analystes redoutent que le Conseil fédéral ne destabilise le marché.

Experts et analystes redoutent que le Conseil fédéral ne destabilise le marché. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque nationale suisse (BNS) croyait avoir gagné la partie, elle qui met en garde depuis des années contre la surchauffe du marché immobilier. Mardi l’Association suisse des banquiers (ASB) annonçait que la durée de l'amortissement sera réduite à 15 ans, contre 20 actuellement, provoquant l'inquiétude.

Mais mercredi, le Conseil fédéral a tout remis en question en annonçant qu'il songeait à interdire, ou plutôt à limiter la possibilité de retirer tout ou partie de son capital de prévoyance vieillesse (LPP). Il n'en fallait pas plus pour déclencher une avalanche d'avertissements, comme l'explique le Tages-Anzeiger.

Crainte de ruée sur l'immobilier

Pour Matthias Holzhey, économiste chez UBS, cette annonce est «maladroite», alors que pour le Credit Suisse, elle intervient à un «mauvais moment». Non seulement les prix se sont tassés dans les régions à surchauffe que sont l'arc lémanique et la région zurichoise, mais la volonté du gouvernement pourrait provoquer une ruée sur les biens immobiliers.

En effet, les analystes redoutent que les potentiels acquéreurs retirent leur deuxième pilier avant l'interdiction du Conseil fédéral pour l'investir dans le bâtiment. Le Credit Suisse redoute ainsi «une course vers les biens immobiliers disponibles».

«Les prix vont repartir à la hausse»

Pour Lorenz Heim chez VZ Hypothekenzentrum, ce mouvement pourrait remettre le feu au marché. Des craintes partagées par Fredy ­Hasenmaile et Thomas Rieder au Credit Suisse, ajoutant que «les prix pourraient ainsi repartir à la hausse». Et donc ruiner tous les efforts entrepris pour refroidir l'immobilier.

Un scénario encore renforcé par les inquiétudes entourant la santé du système de prévoyance en Suisse. Pour Matthias Holzhey, cela ne fera qu'accroître les retraits des caisses de pension, au motif que mieux vaut investir dans la pierre plutôt que laisser ses fonds dans une caisse aux perspectives de rente incertaines.

Les agents immobiliers anticipent donc un nouvel accès de fièvre jusqu'à ce que tombe la décision du Conseil fédéral, peut-être en 2016. Par la suite les prix chuteront.

Double peine

En 2012, les retraits des caisses de pension ont atteint 2,3 milliards de francs, selon l'Office fédéral de la statistique. Soit en moyenne près de 30'000 retraits pour une valeur de 80'000 francs. Il n'existe aucun chiffre permettant de savoir si ces fonds ont été investis dans l'immobilier, mais selon UBS, le montant pourrait être d'un tiers alors que d'autres évoquent plus de la moitié.

La décision du Conseil fédéral pénalise donc doublement les futurs acquéreurs de biens immobiliers, ajoute Lorenz Heim chez VZ Hypothekenzentrum. Non seulement les prix vont grimper mais les propriétaires perdront aussi de l'argent lorsqu'ils voudront revendre en raison de la baisse de la demande. Et ils ne pourront plus amortir leurs hypothèques en recourant au deuxième pilier. (nxp)

Créé: 27.06.2014, 12h59

Critiques du président des propriétaires

La Fédération des propriétaires (HEV). L'organisation en veut au dernier projet du gouvernement, qui propose d'interdire les prélèvements sur le deuxième pilier pour acheter un logement, fustigé par son président Hans Egloff.

Présente à l'assemblée des délégués de la fédération à Schaffhouse, Doris Leuthard a été invitée par Hans Egloff à remettre «Messieurs Berset et Schneider-Ammann» sur la bonne voie lors de la prochaine séance du gouvernement.

Hans Egloff n'a pas épargné les banques. Ces dernières sont coupables d'avoir introduit il y a peu des conditions plus strictes pour l'attribution d'hypothèques, alors que le marché s'est déjà apaisé.

(ats)

Articles en relation

Raiffeisen critique le recours au deuxième pilier

Immobilier Pierin Vincenz, directeur général de Raiffeisen, critique le financement des fonds propres avec l'argent de la caisse de pension. Plus...

La propriété privée fait rêver, mais elle n'est qu'une illusion

Immobilier Vous pensez qu'en devenant propriétaire, vous n'aurez plus de loyer exorbitant à régler? Attention, l'Etat veille au grain. Plus...

Vers un atterrissage en douceur de l'immobilier?

Prévisions Pour Andreas Höfert, chef économiste auprès d'UBS Wealth Management, «la Banque nationale suisse et le Conseil fédéral ont pris des mesures qui ont calmé le marché». Plus...

Article audio

Le Matin Dimanche
Polémique: les fast-foods débarquent dans les écoles suisses. Un bon plan pour les étudiants fauchés? Et leur santé alors? Ecoutez l'article!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ignazio Cassis semble avoir une longueur d'avance sur Isabelle Moret et Pierre Maudet dans la course au siège vacant au Conseil fédéral.
(Image: Bénédicte) Plus...