La Fed relève ses taux avant l'arrivée de Trump

Etats-UnisLa banque centrale américaine a annoncé sa décision mercredi. Elle est également optimiste sur la croissance et sur l'emploi.

Janet Yellen, la patronne de la Fed.

Janet Yellen, la patronne de la Fed. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a décidé mercredi de relever de nouveau ses taux d'intérêt face à l'amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis, à un mois environ de l'entrée en fonction du président élu Donald Trump.

La Fed a augmenté son principal taux directeur d'un quart de point. Elle dit s'attendre à trois hausses de taux supplémentaires en 2017.

A l'issue d'une réunion de deux jours à Washington, son comité monétaire (FOMC) a annoncé une hausse d'un quart de point de son taux directeur, qui évoluera désormais dans une fourchette comprise entre 0,50 et 0,75%. Mais avec le risque d'entraîner une hausse du coût du crédit aux Etats-Unis.

Il y a tout juste un an, la Fed avait procédé à son premier relèvement en près de dix ans. Elle avait ainsi mis fin à la politique des taux zéro mise en place après la crise de 2008 pour soutenir la reprise économique et fluidifier le crédit.

Elle avait, depuis, renoncé à resserrer davantage sa politique monétaire, invoquant tour à tour la morosité économique à l'étranger, les bas prix pétroliers, les remous liés au Brexit britannique ou l'imminence de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre.

Décision à l'unanimité

Comme l'attendaient les marchés, le FOMC, qui se réunissait pour la première fois depuis l'élection de Donald Trump, semble désormais convaincu de détenir les «preuves supplémentaires» de l'amélioration de la conjoncture américaine qu'elle attendait pour passer de nouveau à l'action. Sa décision, prise à l'unanimité de ses dix membres, reflète ainsi les «conditions actuelles et à venir du marché du travail et de l'inflation», justifie son communiqué.

Le taux de chômage a continué sa décrue aux Etats-Unis pour tomber en octobre à son plus bas niveau en neuf ans (4,6%), se rapprochant de l'objectif du plein-emploi au coeur de la mission de la Fed. «Les gains d'emplois ont été solides au cours des récents mois», note le FOMC dans son communiqué.

L'inflation annuelle continue par ailleurs de remonter très progressivement vers le seuil de 2%, l'autre objectif de la Fed qui table désormais sur une inflation annuelle de 1,9% pour l'année prochaine. Signe supplémentaire de ce regain d'optimisme, la Fed a aussi revu à la hausse ses prévisions de croissance économique aux Etats-Unis, notamment en 2017 où le produit intérieur brut devrait progresser de 2,1%.

Pour 2017, la médiane des prévisions de taux suggère trois relèvements d'un quart de point de l'objectif des «fed funds», contre seulement deux anticipés il y a trois mois. Ces trois hausses seraient suivies de trois autres en 2018 puis en 2019, ce qui ramènerait le taux directeur tout près du taux de 3,0% jugé «normal» par la Fed.

Des faiblesses subsistent

Certaines faiblesses subsistent toutefois, notamment l'investissement des entreprises qui reste «faible», déplore le FOMC dans son communiqué. Le comité note toutefois que les dépenses des ménages, moteur de la croissance américaine, ont «augmenté».

Après cette hausse des taux, chacun va à présent guetter la réaction des marchés mondiaux mais également celle du président élu américain, qui avait durement critiqué la banque centrale en l'accusant de parti pris politique. Donald Trump avait ainsi accusé la Fed de maintenir ses taux artificiellement bas pour «faire le jeu» de l'administration Obama et éviter un ralentissement de l'économie.

Le candidat républicain avait même assuré que la présidente de la Fed, Janet Yellen, devait «avoir honte d'elle-même» pour s'être prétendument livrée à de tels jeux politiques. Depuis sa victoire du 8 novembre, le président élu a quelque peu mis en sourdine ces critiques.

Yellen: «vote de confiance»

Le relèvement des taux directeurs américains représente un «vote de confiance» dans la solidité de l'économie des Etats-Unis, a pour sa part assuré Janet Yellen lors d'une conférence de presse peu après la décision. Elle a assuré que ce relèvement du coût du crédit aurait un impact «très modeste» sur l'accès des ménages au crédit.

Interrogée sur les mesures de relance budgétaire promises par Donald Trump, Janet Yellen a reconnu qu'elles pouvaient changer les perspectives économiques mais qu'il était trop tôt pour les évaluer. Elle a souligné que peu de membres de la Fed avaient intégré ses promesses de relance dans leurs prévisions de hausses des taux pour 2017 et 2018, qui ont néanmoins été augmentées «très légèrement». (afp/nxp)

Créé: 14.12.2016, 20h11

Articles en relation

Relèvement des taux de la Fed attendu

Etats-Unis Mercredi, la Réserve fédérale devrait relever d'un quart de point les taux d'intérêt. Quelles répercussions sur l'étranger? Plus...

Le SMI termine en forte hausse avant la Fed

Bourse suisse La Bourse suisse a rebondi mardi juste avant le début d'une réunion de deux jours de la Réserve fédérale américaine (Fed). Plus...

Hausse imminente des taux d'intérêts de la Fed

Etats-Unis Une décision est attendue mercredi. Mais ce sont surtout les prévisions 2017 et 2018 qui risquent de chambouler les marchés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...