La Iata délocalise environ 60 emplois de Genève

Transport aérienL’Association internationale du transport aérien déplace environ 200 collaborateurs dans le monde pour moderniser ses systèmes de règlements financiers.

Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’Association internationale du transport aérien (IATA) emploie environ 450 collaborateurs à Genève. La direction leur a annoncé mercredi son intention de délocaliser une soixantaine d’entre eux, en deux temps. Un premier groupe déménagera cette année et un second l’an prochain. Les personnes concernées seront dirigées vers deux villes : Madrid et Montréal, cité québécoise où se trouve le siège de l’organisation.

Les dates de ces transferts ne sont pas encore définitivement fixées. «Une procédure de consultation du personnel est encore en cours. Si des employés touchés par ces mesures se trouvent dans l’impossibilité d’accepter de tels déménagements, notre organisation s’est engagée à assurer une phase de transition pour leur venir en aide», nous a précisé Anthony Concil, porte-parole de la IATA.

Cette délocalisation n’obéit pas à des soucis d’économie. Elle s’intègre dans des opérations de modernisation des systèmes de règlements financiers dans le monde entier. L’objectif final consistant à concentrer tous les effectifs affectés à ces tâches de comptabilité sur quatre sites: Madrid, Montréal, Pékin et Singapour.

Du fait de la nouvelle localisation des équipes, les systèmes de règlement financier pourront fonctionner vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, dès l’an prochain. Ce processus imposera des déménagements à environ 200 employés de la IATA en tout. Ils sont actuellement basés à Genève, mais aussi à Amman et à Miami.

Anthony Concil assure que les bureaux exécutifs situés à Genève y resteront. (24 heures)

Créé: 27.01.2017, 14h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.