La patronne de BKW ne veut plus du canton de Berne

Energie EnergieSelon Suzanne Thoma, l'investissement des pouvoirs publics dans le groupe énergétique qu'elle dirige, fait peser un risque immense sur les épaules des contribuables.

Suzanne Thoma.

Suzanne Thoma. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce n'est pas raisonnable que les pouvoirs publics restent investis dans ce domaine. Une grande majorité de nos activités sont sur le marché libre. Et nous y affrontons une concurrence très rude et globale», explique dimanche la directrice générale, dans une interview au Matin Dimanche parue ce jour. BKW plaide, d'ailleurs, pour une libéralisation intégrale du marché.

Selon Suzanne Thoma, les pouvoirs publics n'ont guère d'influence sur la stratégie et l'implémentation de l'entreprise. «Nous sommes cotés en Bourse et près de la moitié de nos actionnaires sont surtout préoccupés par notre rentabilité. C'est très difficile et malsain de vouloir se soustraire à cette pression entrepreneuriale», ajoute-t-elle.

Revenant sur la sécurité de l'approvisionnement électrique, la patronne de BKW concède que la situation deviendra compliquée dans les dix prochaines années. Si en été la Suisse a trop d'électricité, en hiver le déficit de production risque de s'accroître, d'autant que l'Allemagne et la France disposeront de moins de capacités pour exporter leur courant.

Nucléaire pas rentable

Interrogée sur le nucléaire, la directrice générale indique qu'il est entré dans une phase de libéralisation. Et selon elle, le nucléaire ne peut survivre que grâce à des subventions massives des Etats.

En ce qui concerne le financement de la désaffectation de la centrale nucléaire de Mühleberg, la firme a constitué des réserves de plus de 830 millions de francs. BKW assumera l'entier des coûts, selon Mme Thoma.

Sur le plan de l'hydraulique, le groupe bernois ne s'est pas montré intéressé par les barrages d'Alpiq car il ne souhaite pas augmenter sa part de production hydraulique, une stratégie qualifiée de risquée. «En outre, l'expérience montre qu'il est difficile de réduire les coûts lorsqu'on n'est pas majoritaire. Quand vous êtes minoritaire, une des conditions de l'offre d'Alpiq, c'est beaucoup plus difficile», relève Suzanne Thoma.

Pour se développer, l'entreprise table toujours sur les prestations de services. «Miser uniquement sur la vente d'électricité est devenu une stratégie trop risquée», précise la patronne des ex-Forces motrices bernoises. D'autant plus qu'il n'est pas certain à ses yeux que la consommation d'électricité va continuer d'augmenter. «Elle va probablement demeurer stable», souligne encore Suzanne Thoma. (ats/nxp)

Créé: 01.10.2017, 12h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...