La reine d'Airbnb est vaudoise

ImmobilierElle s'appelle Jasmina Salihovic et gère 105 adresses sur le site de locations d'appartements entre particuliers Airbnb. Son modèle d'affaires fait toutefois grincer plus d'une dent.

Jasmina Salihovic a eu recours à Airbnb durant ses études. Elle en a fait son activité professionnelle.

Jasmina Salihovic a eu recours à Airbnb durant ses études. Elle en a fait son activité professionnelle. Image: Sébastien Agnetti/Tages-Anzeiger

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jasmina Salihovic gère un petit empire. Cette Vaudoise d'origine bosniaque habite dans la région de Lausanne mais elle est surtout la principale hôtesse d'Airbnb, avec 105 adresses dans son portefeuille, souligne le Tages-Anzeiger dans son édition du 2 mars 2015.

Sur son profil, elle offre aussi bien de grands appartements au centre de Genève qu'une chambre dans la campagne fribourgeoise. Et Jasmina Salihovic a démarré depuis peu une extension dans la région alémanique, avec une adresse à Zurich.

Débuts à Chardonne

En additionnant tous ces lits, on arrive au total de 496, ce qui en fait virtuellement la gestionnaire du plus grand hôtel de Suisse. «Tout a commencé en 2012 avec la Villa Les Lilas à Chardonne», explique Jasmina Salihovic. Une propriété avec piscine et vue sur le lac Léman qu'elle partage avec deux autres personnes pendant ses études d'économie.

Afin de payer le loyer, le trio loue les chambres libres de la villa pendant de courtes périodes sur Airbnb. Le site de locations d'appartements entre particuliers est quasi inconnu en Suisse mais déjà célèbre aux Etats-Unis. Et ce sont les expatriés américains de Nestlé, dont le siège mondial se trouve à proximité, qui vont faire la différence. Rapidement, les chambres sont réservées pour plusieurs mois.

Des hôteliers furieux

Après ses études, Jasmina Salihovic fonde son entreprise Chambres d’amis, qui assure la partie administrative des offres sur Airbnb. Elle gère les photos, les descriptions sur Internet, les échanges avec les hôtes ou encore les équipes de nettoyage. Elle se prend une commission entre 10 et 30 francs par voyageur. Son volume d'affaires se monte à environ 400 réservations par mois.

La jeune femme de 32 ans n'est pas la seule sur ce marché et des équivalents de plus petite taille existent. Au Tessin, un certain «Daniel» avec son entreprise «Happy Holiday Homes» à Lugano gère déjà 86 offres.

Et ce sont ces utilisations professionnelles d'Airbnb qui irritent le secteur. «Cette économie parallèle est problématique pour les hôteliers établis», résume Thomas Allemann chez Hotelleriesuisse. Car eux doivent respecter de nombreuses normes qui se traduisent pas des investissements parfois considérables. Sans oublier les réglementations de la police qui demandent aux hôtels les identités de leurs visiteurs.

Le défi de la taxe de séjour

Les hôteliers déplorent surtout d'être soumis à la taxe de séjour, qui ne s'applique pas aux clients d'Airbnb. Une taxe qui sert entre autres à des infrastructures comme l'office du tourisme, dont profitent également les hôtes d'Airbnb. Et comme le nombre de visiteurs qui séjournent en Suisse via le site est encore inconnu, il est impossible de calculer les taxes que perdent les localités.

Une question qui n'inquiète pas outre-mesure Jasmina Salihovic. «J'ai un accord avec la commune de Montreux. Elle reçoit à la fin de l'année une récapitulation des clients, taxés à trois francs par nuit», explique-t-elle. La commission intercommunale de la taxe de séjour de la Riviera et de Villeneuve (CITS), qui s'occupe de la gestion de cete dans la région, a toutefois démenti tout arrangement.

Jasmina Salihovic s'est également annoncée à Genève, Lausanne et Fribourg il y a six mois, mais toujours sans aucune réponse.

Ce problème est toutefois pris très au sérieux par Airbnb qui se dit prêt à recouvrer lui-même les taxes de séjour pour ses hôtes professionnels. «Nous sommes ouverts à discuter de modèles individuels comme à Amsterdam», a déclaré son porte-parole Julian Trautwein, expliquant que le site y récolte lui-même l'impôt pour touristes. De quoi mettre du baume sur les plaies d'un secteur dont les sources d'inquiétude ne manquent pas.

Créé: 02.03.2015, 09h57

AirBnB offre plus de 5500 adresses en Suisse, que ce soit des chambres, des appartements ou des villas. L'adresse la plus chère se trouve à Bagnes (VS) où un chalet peut être loué à 2864 francs la nuit.

Articles en relation

Airbnb va prélever davantage de taxes

«Concurrence déloyale» Le site d'hébergement chez l'habitant a indiqué qu'il va étendre le prélèvement de taxes locales sur les voyageurs à plusieurs villes. Plus...

AirBnB veut séduire les voyageurs d'affaires

LOCATION Le spécialiste californien de l'hébergement chez l'habitant AirBnB espère séduire davantage de voyageurs d'affaires avec le lancement de nouveaux services. Plus...

AirBnB donne de l'urticaire aux hôteliers

Location d'appartements Les touristes en raffolent, les offices du tourisme s'en réjouissent et les hôteliers s'en inquiètent. Le site de location d'appartements pour touristes AirBnB suscite de nombreuses réactions. Plus...

Hotelleriesuisse mise sur le marketing face au franc fort

Tourisme Pour contrer la suppression du taux plancher, les hôtels helvétiques devraient, selon leur organisation faitière, investir dans le marketing et miser sur la qualité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.